Des milliers de Soudanais se mobilisent pour une réforme plus rapide après l’éviction de Béchir

 Des dizaines de milliers de manifestants ont manifesté mardi dans des villes soudanaises malgré un blocage des coronavirus pour exiger un plus grand gouvernement civil dans la transition vers la démocratie après l’éviction de l’homme fort vétéran Omar al-Bashir l’année dernière.

Agitant des drapeaux soudanais, des manifestants se sont rassemblés à Khartoum et dans ses villes jumelées Khartoum Nord et Omdurman après que le gouvernement a fermé les routes et les ponts menant au centre de la capitale.

Des manifestations similaires ont également eu lieu à Kassala, dans l’est du Soudan et dans la région agitée du Darfour. Ils ont scandé «liberté, paix et justice», le slogan du mouvement anti-Bashir. Certains manifestants ont bloqué les rues avec des pneus en feu.

Le Premier ministre Abdalla Hamdok, un technocrate, gouverne le pays en tandem avec la longue armée dominante qui a aidé à expulser Béchir après des manifestations de masse contre ses 30 ans d’autocratie.

Une coalition d’opposition a convenu de la gouvernance conjointe avec l’armée dans une transition de deux ans vers des élections libres, mais des éléments clés de l’accord n’ont pas été mis en œuvre, tels que la nomination de gouverneurs civils de l’État et la création d’un parlement.

Le gouvernement de Hamdok est préoccupé par l’aggravation de la crise économique qui a vu la chute de la livre sterling du Soudan plonger et l’inflation annuelle atteignant 100%.

La semaine dernière, les pays donateurs étrangers ont promis 1,8 milliard de dollars lors d’une conférence organisée par l’Allemagne pour aider le Soudan à surmonter la crise économique qui entrave sa transition. Mais les promesses étaient bien en deçà des 8 milliards de dollars d’aide que Hamdok a déclaré nécessaires.

A LIRE AUSSI:   RDC: l'un des leaders de Lamuka, Mbusa Nyamwisi, quitte la coalition

La crise a été aggravée par la pandémie de coronavirus, qui a détourné les ressources de nombreux donateurs.

Hamdok a cherché à apaiser les citoyens mécontents avec un discours lundi soir dans lequel il a annoncé qu’il annoncerait les décisions majeures sur la voie à suivre dans les deux semaines.

Il n’a donné aucun détail, mais a ajouté: « Le gouvernement de transition … (vise) à atteindre les plus hauts niveaux de consensus et d’approbation populaire. »

Hamdok poursuit également des pourparlers de paix avec des groupes rebelles à travers le pays tentaculaire, mais aucun accord n’est en vue.

Source: Reutes Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Comores: hausse surprise des transferts d’argent de la diaspora