Des militants mozambicains décapitent des enfants d’à peine 11 ans, selon Save the Children

AFP /Alfredo Zuniga

Des enfants d’à peine 11 ans sont décapités au Mozambique, a déclaré mardi le groupe humanitaire britannique Save the Children, dans le cadre d’une insurrection islamiste qui a tué des milliers de personnes et contraint de nombreuses autres magnitudes à quitter leurs foyers.

Save the Children a déclaré avoir parlé à des familles déplacées qui ont décrit des «scènes horribles» de meurtre, y compris des mères dont les jeunes fils ont été tués. Dans un cas, la femme s’est cachée, impuissante, avec ses trois autres enfants alors que son enfant de 12 ans était assassiné à proximité.

«Nous avons essayé de nous échapper dans les bois, mais ils ont pris mon fils aîné et l’ont décapité», a déclaré la jeune femme de 28 ans, que Save the Children appelait Elsa.

«Nous ne pouvions rien faire parce que nous serions tués aussi.»

Une autre mère, une Save the Children de 29 ans appelle Amelia, a déclaré que son fils n’avait que 11 ans lorsqu’il a été tué par des hommes armés.

Reuters n’a pas pu contacter immédiatement la police mozambicaine ou les porte-parole du gouvernement pour obtenir des commentaires.

La province la plus septentrionale du Mozambique, Cabo Delgado, abrite depuis 2017 une insurrection effroyable, liée à l’État islamique, qui s’est dramatiquement intensifiée au cours de l’année écoulée.

Bien que les décapitations aient toujours été une caractéristique des attaques, tout au long de 2020, les insurgés ont commencé à engager régulièrement l’armée pour capturer et détenir des villes clés. La brutalité s’est également poursuivie, avec des massacres, dont le meurtre d’environ 52 personnes à la fois dans le village de Xitaxi en avril.

A LIRE AUSSI:   Cameroun : l’opposition annule son meeting prévu samedi

Au total, près de 2700 personnes de toutes parts sont mortes dans les violences, selon le projet Armed Conflict Location & Event Data Project (ACLED), un cabinet de conseil qui suit la violence politique. Près de 670 000 personnes ont été déplacées, a déclaré Save the Children.

La semaine dernière, les États-Unis ont déclaré que le groupe du Mozambique était une organisation terroriste étrangère en raison de ses liens avec l’État islamique, affirmant que le groupe lui aurait prêté allégeance dès 2018. L’État islamique a revendiqué sa première attaque à Cabo Delgado en juin 2019.

L’ambassade des États-Unis au Mozambique a déclaré lundi que les forces spéciales américaines formeraient des marines mozambicains pendant deux mois, le pays fournissant également des équipements médicaux et de communication pour aider le Mozambique à combattre l’insurrection.

Amnesty International a découvert plus tôt en mars que des crimes de guerre étaient commis par toutes les parties au conflit, les forces gouvernementales étant également responsables d’exactions contre des civils – une accusation que le gouvernement a démentie.

Chance Briggs, directeur national de Save the Children au Mozambique, a déclaré que les informations faisant état d’attaques contre des enfants «nous affligent profondément».

«La violence doit cesser et les familles déplacées doivent être soutenues alors qu’elles trouvent leurs repères et se remettent d’un traumatisme», a poursuivi Briggs.

Source : Reuters Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

RD Congo : l’Union Sacrée peine à former un gouvernement

Read Next

Le Mauritanien El-Ghassim Wane, nouvel émissaire de l’ONU pour le Mali