Dangote Group devient la première entreprise africaine membre du Project Management Institute

Le Groupe Dangote vient de rejoindre le conseil exécutif du Project Management Institute. Le conglomérat de l’homme le plus riche d’Afrique devient ainsi la première organisation commerciale du Continent à rejoindre cette prestigieuse organisation mondiale de gestion de projets.

Au conseil exécutif du Project Management Institute (PMI), les dirigeants de Dangote Group auront désormais leurs sièges aux côtés de 80 autres grandes structures telles que Microsoft, Airbus et Boeing. Le conglomérat du milliardaire nigérian Aliko Dangote devient ainsi la première organisation commerciale à devenir membre de cette prestigieuse organisation à but non lucratif.

Fondée en 1969 et basée aux Etats-Unis, PMI est focalisé sur la gestion de projets. Selon les informations disponibles sur son site web, cette association professionnelle compte plus de 500 000 organisations adhérentes à travers le monde. Le PMI standardise la gestion de projets sur le plan international, publie des rapports mondiaux et propose aux organisations différentes certifications en gestion de projet.

« Par l’intronisation [du groupe Dangote, NDLR] au conseil d’élite du PMI, l’Institut a montré sa confiance dans le fait que Dangote Industries Ltd est l’une de ces entreprises à valeur ajoutée et souhaite, en tant que telle, une relation de collaboration », a commenté dans un communiqué Devakumar Edwin, directeur exécutif du groupe, Projets d’investissement chez Dangote Industries Limited.

C’est encore une nouvelle percée pour le groupe de l’homme le plus riche d’Afrique dont l’agenda 2020 reste assez dense, avec notamment le projet de raffinerie au Nigeria, de nouvelles intentions d’investissements en Afrique francophone et en Occident, mais aussi l’IPO à Londres du groupe.

A LIRE AUSSI:   Lutte antidjihadiste au Sahel : Washington réclame à la région d’en faire plus

Source: Afrique La Tribune /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

La lutte anticorruption en Afrique, « arme » à double tranchant

Read Next

Mali: l’Union africaine penche pour un dialogue avec les jihadistes