Covid-19 : le Togo rouvre ses frontières aériennes et impose des tests de dépistage

Aéroport de Lomé

Tous les passagers à destination du Togo, à l’exception de ceux en transit, devront être soumis au test PCR Covid-19, un test unique à l’arrivée et un autre au départ.

Le Togo a annoncé jeudi la réouverture de ses frontières aériennes et la reprise des vols domestiques et internationaux à compter de samedi. Par ailleurs, tous les passagers devront se soumettre à un test de dépistage.

Le pays avait fermé le 20 mars toutes ses frontières afin de limiter la propagation de l’épidémie de nouveau coronavirus après la détection du premier cas le 6 mars.

Les autorités ont précisé dans un communiqué que des dispositions sont prises pour garantir « des conditions de déplacement conformes aux recommandations du gouvernement, de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et de l’Association internationale du transport aérien (IATA) ».

Les acteurs aéroportuaires et les tous les usagers des vols internationaux doivent désormais remplir un formulaire disponible sur le site web voyage.gouv.tg et « tous les passagers à destination du Togo, à l’exception de ceux en transit, devront être soumis au test PCR Covid-19, un test unique à l’arrivée et un autre au départ ».

Les passagers en partance du Togo seront soumis à un test PCR dans les 72 heures avant leur départ et les résultats leur seront délivrés dans les 24 heures.

Stabilisation de l’évolution de l’épidémie dans le pays

Le communiqué a rappelé qu’à leur arrivée à l’aéroport de Lomé, les passagers devront installer l’application mobile « Togo Safe », avec laquelle les voyageurs auront la possibilité de définir le lieu d’auto-confinement de leur choix, afin de permettre aux autorités sécuritaires et sanitaires de s’assurer du respect de la quarantaine à laquelle ils sont soumis.

A LIRE AUSSI:   En pleine pandémie, le président égyptien al-Sissi étend (encore) ses pouvoirs

Cette réouverture des frontières aériennes et la reprise des vols ont été décidées près d’un mois après un rapport du Conseil scientifique national qui a conclu à « une tendance à la stabilisation de l’évolution » de la pandémie dans le pays.

Jeudi, les autorités sanitaires du pays avaient enregistré 927 cas d’infection confirmés, soit 275 cas actifs, 634 patients guéris et 18 décès.

Source : La Tribune Afrique /Mis en ligne :Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

CEDEAO : Après l’échec au Mali, les trous d’air pour l’organisation communautaire