Côte d’Ivoire: l’EDS préconise une enquête sur les propos polémiques de Bédié

Ivory Coast’s Ex-President and President of the Ivory Coast Democratic party (PDCI) Henri Konan Bedie talks during a meeting of the political bureau on the proposal of the coaltion RHDP party (Rally of Houphouëtists for Democracy and Peace) on June 17, 2018 in Abidjan. Ivory Coast’s Democratic Party, a member of the ruling coalition, rejected a proposal to form a unified party ahead of the 2020 presidential election, a plan which was supported by President Alassane Ouattara. The PDCI meeting comes two weeks after Ouattara suggested he could seek a third term after his mandate ends in 2020. / AFP PHOTO / SIA KAMBOU

En Côte d’Ivoire, la polémique autour des propos tenus par l’ancien chef de l’Etat et président du PDCI, Henri Konan Bédié, sur les étrangers, ne retombe pas. La semaine dernière, le gouvernement ivoirien avait officiellement réagi pour « dénoncer des propos d’une extrême gravité ». De passage à Paris, capitale française, la plateforme pro-Gbagbo Ensemble pour la démocratie et le développement (EDS) suggère l’ouverture d’une enquête pour élucider la véracité des faits.

Henri Konan Bédié, face à des représentants PDCI, le 5 juin, dénonçait le phénomène de l’orpaillage clandestin pour lequel, disait-il, « on fait venir des étrangers armés qui sont stationnés dans beaucoup de villages », avant d’ajouter: « Il faut que nous réagissions pour que les Ivoiriens ne soient pas étrangers chez eux. Car actuellement, on fait en sorte que l’Ivoirien soit étranger chez lui ».

Joint par RFI, le professeur Georges Armand Ouegnin, président de la plateforme pro-Gbagbo Ensemble pour la démocratie et le développement, estime que « plutôt que des menaces, il est beaucoup plus important d’établir la réalité des faits, de diligenter des enquêtes qui pourraient voir si réellement ces propos sont justes, parce que s’ils sont justes, alors c’est grave ».

« Ce sont des enquêtes qui doivent être menées parce que nous ne voulons plus de crises en Côte d’Ivoire. Nous ne voulons plus de guerres en Côte d’Ivoire. Les Ivoiriens aspirent profondément à la paix. Alors, avant d’aller aux élections, nous devons régler tous ces problèmes qui nous permettraient d’avoir des élections justes, transparentes et que celui qui gagne a gagné. Celui qui a perdu, a perdu », souligne encore Georges Armand Ouegnin.

A LIRE AUSSI:   L'envoyé des Nations unies pour les droits de l'homme déclare que la situation politique et économique du Zimbabwe se dégrade

Source: RFI/Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Soudan: l’ex-président Béchir comparaîtra pour corruption la semaine prochaine

Read Next

Éthiopie : Addis-Abeba se rêve en nouvelle capitale des start-up