CÔTE D’IVOIRE/FMI-BM : Gon Coulibaly décroche de gros contrats à Washington en marge des assemblées annuelles

Gon Coulibaly

Après Marrakech et Lyon, cap sur Washington. A l’occasion des assemblées annuelles du Fonds monétaire international (Fmi) et de la Banque mondiale (Bm) entre le 16 et le 20 octobre, le premier ministre ivoirien a multiplié de gros contrats. Habitué de ces messes économiques, Gon Coulibaly a saisi l’opportunité pour signer un important contrat dans le secteur énergétique, priorité de son gouvernement. D’autres rencontres au sommet ont ponctué le séjour du chef de l’exécutif, représentant Alassane Ouattara,  à l’occasion.

Motifs de satisfaction pour le premier ministre ivoirien. Les relations entre la Côte d’Ivoire et les institutions financières internationales sont au beau fixe et de très belles perspectives se dégagent pour le pays. C’est du moins ce qu’il faut retenir du séjour du premier ministre à Washington. Gon Coulibaly a saisi l’occasion de sa participation aux Assemblées annuelles 2019 du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, pour faire le point de la coopération entre son pays et les deux institutions. Les performances économiques de la Côte d’Ivoire ont été reconnues et saluées et de nouveaux engagements ont été pris. Conscient du rôle moteur que joue l’énergie dans tout processus de développement et imbus des réalités quotidiennes des populations à la base, le premier ministre a co-présidé avec le Vice-président exécutif de la Société financière internationale (Sfi), Philippe Le Houerou, la signature d’une convention pour la réalisation de deux centrales solaires de 60 mégawatts à Touba et Laboa (Nord-Est). Un projet d’envergure qui répond à la vision du Chef de l’État ivoirien, d’offrir de « l’énergie pour tous à l’horizon 2020 ». Le premier ministre a par la même occasion évoqué l’amorce d’une nouvelle stratégie de développement 2020-2030, conformément au Programme national de développement et qui implique la participation active du secteur privé.

Des rencontres au sommet

En marge des Assemblées, Gon Coulibaly a tenu d’importantes rencontres dans l’intérêt supérieur de la Côte d’Ivoire. Promotion des produits « made Côte d’Ivoire », lutte contre le travail des enfants dans la cacao culture et les questions sécuritaires dans la sous-région, sont entre autres sujets au menu des échanges. Jeudi 17 octobre, avec le Sous-secrétaire d’État, chargé des Affaires africaines, le Chef du gouvernement ivoirien a évoqué des questions d’intérêt commun, notamment la lutte contre le travail des enfants dans la cacao culture et la mission fructueuse de la Première Dame de Côte d’Ivoire, Présidente du Comité national de surveillance, dont le travail ainsi que celui du gouvernement ont abouti à la reconnaissance par les États-Unis, des progrès énormes enregistrés par la Côte d’Ivoire sur cette question. Egalement au menu des échanges avec S.E.M. Tibor Nagy, la question des relations de coopération entre la Côte d’Ivoire et les État-Unis, à savoir le Millennium challenge corporation (Mcc) et l’Agoa.  Les échanges entre les deux personnalités ont par ailleurs porté sur les questions de la sécurité dans la sous-région ouest africaine, ainsi que des voies et moyens pour venir à bout du terrorisme. Le premier ministre a noté au terme de la rencontre, une sérénité et une grande confiance par rapport à l’avenir de la Côte d’Ivoire. Amadou Gon Coulibaly a également eu au cours de la même journée, des rencontres avec la Vice-présidente de l’Agence multilatérale de garantie des investissements (Miga),  Keiko Honda et la Vice-Présidente de la Jica, Kayashima Nobuko. Les rencontres se sont poursuivies le 18 octobre et c’est « avec plaisir » que le premier ministre a reçu le Vice-président de la  Banque mondiale Région Afrique. Gon Coulibaly a discuté avec Hafez Ghanem, de la situation économique de la Côte d’Ivoire, des perspectives et de l’appui que la Banque mondiale pourrait apporter au développement du pays. Samedi 19 octobre, il a reçu le Président de la Banque africaine de développement. Avec  Akinwumi Adesina, les échanges ont entre autres porté sur la coopération entre la Bad et la Côte d’ Ivoire.

A LIRE AUSSI:   CÔTE D’IVOIRE : En terre conquise à Tonkpi, Gon Coulibaly à l'écoute des population

Le PsGouv 2019-2020, un excellent programme

Amadou Gon Coulibaly a eu un excellent entretien dimanche 20 octobre avec le Président du Groupe de la Banque mondiale. Les deux  personnalités se sont réjouies de la qualité de la coopération entre le Groupe de la Banque mondiale et la Côte d’Ivoire. Le premier ministre s’est par ailleurs, félicité du soutien du Groupe de la Banque mondiale à la Côte d’Ivoire et des bonnes perspectives d’avenir. « Nos partenaires ont considéré que les performances économiques de notre pays sont très bonnes sous le leadership du Président Alassane Ouattara », a confié le premier ministre. Selon ses explications, la Côte d’Ivoire a entamé avec le Groupe de la Banque mondiale, une réflexion sur la période 2020-2030. Et pour le premier ministre, dans la stratégie qui se rapportera à cette période, ce que le Gouvernement recherche et dont il a discuté avec David Malpass, c’est de « trouver les voies et moyens pour poursuivre et accélérer la réduction de la pauvreté et créer des milliers d’emplois pour les jeunes ».

Le cacao et la forêt étaient également au menu des échanges. Le premier ministre a au cours de l’entretien, sollicité l’accompagnement de la Banque mondiale pour la Côte d’Ivoire et le Ghana sur les discussions en cours avec les industriels, afin de garantir un revenu décent pour les producteurs de cacao. Les échanges ont aussi porté sur la question du travail des enfants. A cet effet, Gon Coulibaly a relevé le dernier rapport du Département du travail des États-Unis qui a indiqué clairement que la Côte d’Ivoire avait fait d’énormes progrès en la matière. « Le Président du Groupe de la Banque mondiale a été très sensible à cela et s’est montré disposé à accompagner notre pays », s’est réjoui le premier ministre. Le Fmi et la Banque mondiale sont par ailleurs impressionnés par le Programme social du gouvernement (PsGouv 2019-2020) « car il touche de très près les conditions de vie des populations avec des mesures et des actions extrêmement précises ». Ce programme, jugé important et unique, pourrait selon eux, servir de modèle dans d’autres pays. « Nous sommes très fiers de cette appréciation de notre PsGouv faite par nos principaux partenaires financiers », a déclaré Amadou Gon Coulibaly. Dimanche 20 octobre, le premier ministre a transmis le message de félicitations du Président de la République de Côte d’Ivoire à Kristalina Georgieva, pour son élection en qualité de Directrice générale du Fmi. Avec elle, le Chef du gouvernement ivoirien a évoqué l’excellente coopération qui existe entre la Côte d’Ivoire et le Fmi, ainsi que les performances économiques de son pays qui permettront d’améliorer de plus en plus les conditions de vie des Ivoiriens. Des points forts pour l’avenir, notamment l’inclusivité, la réduction de la pauvreté et la création de nombreux emplois pour les jeunes, ont aussi fait l’objet  de discussion.

A LIRE AUSSI:   COVID-19 : « Les deux semaines à venir » seront décisives pour l’Afrique [OMS]

Mission accomplie

C’est un sentiment de satisfaction, mais également de devoir accompli qui anime le premier ministre ivoirien au terme de sa visite à Washington. « Au terme de ma mission à Washington, je repars avec le sentiment que la Côte d’Ivoire inspire fondamentalement confiance à nos partenaires du Fonds monétaire international (Fmi) et du Groupe de la Banque mondiale ; le leadership du Président de la République, Alassane Ouattara, inspire fondamentalement confiance pour aujourd’hui et pour demain », s’est-il félicité. Il invite donc les Ivoiriens à la foi en l’avenir : « Dès lors, les Ivoiriens doivent avoir confiance dans l’avenir de leur pays, les Ivoiriens doivent avoir confiance en eux-mêmes et savoir que la Côte d’Ivoire est sur une trajectoire vertueuse », a-t-il lancé.  Le premier ministre se veut lui aussi rassurant quant à l’avenir de la Cote d’Ivoire : « C’est le fruit d’un travail soutenu que nous devons poursuivre pour perpétuer ces résultats pour la période 2020-2030 sur laquelle nous travaillons avec la Banque mondiale et le Fmi », conclura-t-il.

Apothéose

La mission du premier ministre à Washington a pris fin  en apothéose avec le dîner organisé à son intention par l’ambassadeur de Côte d’Ivoire. Une occasion pour Amadou Gon Coulibaly de passer un bon moment fraternel et convivial avec ses compatriotes aux États-Unis. Dans son allocution prononcée pour la circonstance, le Président de l’Union fraternelle des Ivoiriens, a mis l’accent sur l’importance de la cohésion sociale et la communauté de destin entre les Ivoiriens et les Ivoiriennes. Deux facteurs extrêmement importants dans la construction de la Nation, selon le premier ministre. A l’en croire, la cohésion sociale est nécessaire pour assurer la continuité de la croissance économique en Côte d’Ivoire. Il a saisi l’opportunité pour envoyer ses compatriotes en mission, afin qu’ils incitent les investisseurs à venir investir dans le pays et surtout, quand c’est possible, de s’associer avec eux. Une structure a été mise en place à la Primature pour accompagner ce type d’initiatives, a confié le premier ministre. Il les a par ailleurs rassurés que la Côte d’Ivoire se porte bien. « Nous pouvons être fiers du leadership que nous avons aujourd’hui avec le Président Alassane Ouattara, qui permet de relever les défis. Seule la croissance soutenue que connaît notre pays permettra de réduire la pauvreté et de créer des emplois pour les jeunes », a-t-il rassuré. Gon Coulibaly a fini ses propos  en faisant de chacune et de chacun de ses compatriotes,  des « Ambassadeurs » de la Côte d’Ivoire.

A LIRE AUSSI:   Un cabinet américain de lobbying réclame 1,25 million de dollars au Gabon suite à une prestation non payée

Thomas Azanmasso , Tribune d’Afrique

Tribune d'Afrique

Read Previous

Au Rwanda, une église évangélique accueille les personnes LGBT

Read Next

En concurrence avec les autres puissances, que propose la Russie à l’Afrique ?