Coronavirus : l’Afrique du Sud espère les premiers vaccins en février

Vaccin

Durement touché par la deuxième vague du Covid-19, le pays est en pleine négociation avec les principaux fabricants de vaccins.

L’Afrique du Sud, durement touchée par la deuxième vague de la pandémie de coronavirus, espère obtenir ses premiers vaccins en février, mais le calendrier dépendra du résultat des négociations en cours avec plusieurs entreprises pharmaceutiques, a annoncé dimanche 3 janvier le ministre de la santé.

« Nous visons février », a déclaré le docteur Zweli Mkhize lors d’une conférence de presse, expliquant être en négociations directes avec plusieurs fabricants dont Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson, ainsi qu’avec des laboratoires russes et chinois.

Ces dernières semaines, le gouvernement sud-africain a essuyé des critiques notamment d’experts de la santé dans le pays, pour avoir tardé à se lancer dans le processus d’obtention de vaccins contre le Covid-19.

Pour financer l’achat des vaccins, le gouvernement envisage de faire appel au soutien du secteur privé ainsi qu’à une contribution des principales assurances santé du pays. « Une fois que nous nous serons mis d’accord sur un vaccin, nous connaîtrons le montant exact nécessaire », a déclaré le ministre.

Pays le plus touché du continent

L’Afrique du Sud participe par ailleurs au dispositif Covax, mis en place par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Alliance pour les vaccins (Gavi), pour un accès équitable aux vaccins.

La semaine dernière, le gouvernement a versé un acompte de 15,8 millions d’euros pour entrer dans le dispositif, soit le coût des vaccins pour seulement 10 % de la population. Mais le pays africain de loin le plus touché par le virus ne s’attend à recevoir les premières doses, dans le cadre de ce dispositif, qu’au cours du deuxième trimestre de l’année.

A LIRE AUSSI:   Prédisant une crise, Johann Rupert songe à quitter l'Afrique du Sud

« Il est clair que la deuxième vague que nous traversons nous affecte à un niveau encore plus élevé » que lors de la première vague, a reconnu le ministre. « La seule façon de lutter contre le Covid-19, non seulement en Afrique du Sud mais dans le monde entier, est d’atteindre l’immunité par la vaccination », a-t-il précisé.

Le pays a pour objectif de vacciner dans un premier temps au moins 67 % de la population du pays, soit environ 40 millions de personnes, afin d’atteindre l’immunité collective. « Ces vaccins doivent être disponibles pour la majorité des gens d’ici à fin 2021 », a martelé le ministre.

Une vaccination en trois étapes

La campagne de vaccination se découpera en trois étapes : « La première phase concernera nos personnels de santé en première ligne », soit plus de 1,25 million de personnes, a expliqué le docteur Anban Pillay, du comité scientifique du ministère de la santé.

La deuxième phase de vaccination concernera les professions essentielles (police, mineurs, enseignants…), les plus de 60 ans et les personnes vivant en lieux collectifs (prison, maison de santé, centre d’hébergement). Ceux-ci représentent 8,6 millions de personnes.

Huit millions de personnes présentant des comorbidités seront aussi prioritaires. Les autres 22,5 millions de personnes de plus de 18 ans seront vaccinées dans un dernier temps.

L’Afrique du Sud a atteint le soir du Nouvel An un nouveau record avec 18 000 nouveaux cas enregistrés en 24 heures. C’est le premier pays africain à avoir passé la barre du million de cas.

Source: Le Monde Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Mali : la Minusma pointe la responsabilité des forces de l’ordre dans les violences commises en juillet

Read Next

Brexit: un accord entre le Royaume-Uni et le Kenya pour préserver les échanges