Coronavirus: la Tunisie envoie une équipe médicale en Italie

La Tunisie vient au secours de l’Italie, le deuxième pays le plus touché par le coronavirus, dans le monde. Une équipe médicale est arrivée, samedi 11 avril, en Lombardie, épicentre de l’épidémie.

Cette initiative survient suite à une conversation téléphonique entre le chef de l’État tunisien, Kaïs Saïed et son homologue italien, Sergio Mattarella. Le mois dernier, le président tunisien avait promis de venir en aide à son voisin méditerranéen.

Sept médecins et infirmiers tunisiens sont ainsi arrivés à Milan, samedi. Issus du personnel médical militaire, ils sont spécialisés en sécurité biologique, en anesthésie et en réanimation. Ils doivent rester deux semaines en Lombardie. Malgré des moyens modestes, la Tunisie a tenu à marquer sa solidarité avec son voisin européen avec lequel elle entretient des relations très proches.

La presse, ce dimanche 12 avril, salue ce geste en rappelant que le pays compte de nombreux médecins très bien formés. Cela, malgré les faibles moyens du système de santé et les inégalités territoriales criantes qui laissent de larges zones du pays, à l’intérieur et au sud, dépourvues de structures solides. Les hôpitaux publics disposent, à travers tout le pays, d’à peine plus de 330 lits en service de réanimation.

Les médias évoquent avec fierté cette aide tunisienne à l’Italie qui traverse des moments difficiles. « Le président a tenu parole », soulignent plusieurs journaux qui rappellent que le 23 mars, Kaïs Saied s’était engagé à épauler l’Italie dans sa bataille contre le nouveau coronavirus.

Le mois dernier, Rome a octroyé 50 millions d’euros d’aide à Tunis pour lutter contre cette pandémie.

A LIRE AUSSI:   En Tunisie, des robots pour faire respecter le confinement

Source: Rfi Afrique/Mis en Ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Libye : coupure d’eau et d’électricité à Tripoli, l’ONU dénonce une « arme de guerre »

Read Next

En Afrique, « cette crise renforce les intellectuels qui versent dans la théorie du complot »