Conflit du Sahara Occidental : Les mises en garde du Dow Jones

L’indice américain Dow Jones

L’indice américain Dow Jones a mis en garde les multinationales contre les risques et les graves retombées pouvant découler de tout investissement dans les territoires occupés du Sahara occidental.

Dans un document intitulé «Réémergence du conflit au Sahara occidental : risques et implications», le Dow Jones a averti que la résurgence du conflit au Sahara occidental fait peser des risques pour les entreprises impliquées dans des projets d’investissement dans la région, soulignant que «les implications juridiques et commerciales se sont multipliées ces dernières années, notamment après les deux arrêts rendus par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) stipulant que le Sahara occidental a un statut séparé et distinct de celui du Maroc et que, par conséquent, le Maroc ne peut pas conclure d’accords commerciaux incluant les ressources du Sahara occidental».Advertisements

Pour l’indice phare de la Bourse de New York, ce conflit de longue date et complexe «peut entraîner des risques accrus pour la chaîne d’approvisionnement, la conformité, la sécurité et les affaires pour les entreprises, les tiers et les particuliers opérant sur le territoire ou commercialisant ses ressources». La reprise des hostilités, estime encore le Dow Jones, «signifie une augmentation des incertitudes quant à la conduite des affaires au Sahara occidental», soulignant que «19 eurodéputés ont exhorté, le 13 novembre 2020, l’Union européenne à avertir les entreprises européennes, telles que Siemens et Enel, des risques juridiques et éthiques élevés de faire affaire avec un occupant illégal».

Les deux entreprises sont actuellement impliquées dans des projets d’énergie verte à grande échelle sur ce territoire non autonome. Evoquant «des risques de sanctions» pour les entreprises en raison de «l’incertitude morale entourant les accords commerciaux dans la région», le Dow Jones rappelle que «récemment, 53 ONG norvégiennes ont appelé leur gouvernement à agir sur cette question au Conseil de sécurité de l’ONU». «D’autres organisations appellent les institutions à imposer des sanctions au Maroc pour la violation des droits de l’homme sur le territoire, comme l’avait fait le Parlement panafricain en 2011», ajoute le document. Pour faire «face aux menaces complexes que présente le conflit au Sahara occidental, les entreprises ont besoin d’informations fiables», souligne la même source qui précise que «tout d’abord, il est important de comprendre les risques apparents et d’être conscient de la situation politique pour élaborer des plans de continuité d’activité et des protocoles d’urgence».

A LIRE AUSSI:   Coronavirus : dans un Maroc en « état d’urgence sanitaire », le port du masque devient « obligatoire »

Selon Dow Jones, les entreprises sont invitées à s’informer régulièrement des développements en surveillant la situation par le biais des médias, des communications d’entreprise et institutionnelles et de la diligence raisonnable renforcée (EDD). Et de conclure que «les services de filtrage des médias indésirables (AMS) et les rapports de diligence raisonnable peuvent être coûteux, mais ils pourraient garantir une solide mesure de défense et de prévention pour éviter les violations de la réglementation et les problèmes de réputation».

Source: El watan/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Réformes du programme scolaire au Soudan : Les islamistes hostiles à Michel-Ange