Chute des cours du pétrole: une aide de 3,4 milliards de dollars du FMI pour le Nigeria


Cette somme correspond à la quote-part versée par le Nigeria à l’institution financière internationale. Le premier producteur de pétrole du continent dépend du brut pour 70% de ses revenus extérieurs. Le Nigeria a besoin d’argent pour boucler son budget et faire face aux conséquences économiques de la pandémie de Covid-19.

Ces 3,4 milliards de dollars versés au Nigeria ne représente qu’une partie des besoins du pays. En effet, début avril, Abuja avait aussi demandé 2,5 milliards de dollars à la Banque mondiale et un milliard à la Banque africaine de développement. Un package de 6,9 milliards de dollarsau total, afin de boucler un budget mis à mal par la chute des cours du brut et la crise pétrolière mondiale.

En ce moment, le Nigeria a le plus grand mal à vendre ses cargaisons de brut et doit réduire sa production dans le cadre de l’accord signé avec l’Opep, l’organisation qui regroupe les pays producteurs de pétrole.

Or, en début d’année, le pays tablait sur un baril à 55 dollars pour ses projections budgétaires. Il est actuellement à moins de 20 dollars, et le budget 2020 a déjà fait l’objet de coupes importantes.

L’équivalent de cinq milliards de dollars a déjà été amputé. Les ministères et les entreprises publiques voient leurs dotations réduites de 20 à 25% et les recrutements dans la fonction publique sont à l’arrêt. Par ailleurs, le pays devrait connaître, selon les agences de notation internationale, une récession de 1 à 1,5%.

Si la situation est donc difficile, elle n’est pas non plus désespérée pour le plus grand pays d’Afrique qui est encore très peu endetté et qui dispose, de ce fait, de marge de manœuvre.

A LIRE AUSSI:   ECO : Buhari instrumentalise les rivalités de leadership contre Ouattara

Source : Rfi Afrique /Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

«Programme des 100 jours» en RDC: le procès de Vital Kamerhe annoncé pour le 11 mai

Read Next

Libye: la communauté internationale appelle à nouveau au dialogue politique