Cap sur l’Afrique pour Ursula von der Leyen

La présidente de la Commission européenne s’est rendue en Éthiopie pour son premier voyage en dehors de l’UE. Après un entretien avec le président de la commission de l’Union africaine, elle s’est entretenue avec le Premier ministre Abiy Ahmed. 
© EDUARDO SOTERAS / AFP via Getty Images

La nouvelle présidente de la Commission européenne a placé son mandat sous le signe de la géopolitique. Sa visite en Éthiopie marque une étape importante.

Pour sa première sortie officielle en dehors de l’UE, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a choisi l’Éthiopie. L’ancienne ministre allemande de la Défense, qui occupe son poste depuis le 1er décembre, a atterri samedi matin à Addis-Abeba. Elle s’est immédiatement rendue au quartier général de l’Union africaine pour y rencontrer le président de la commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat. Au menu des échanges : les questions de migrations et de soutien aux opérations sécuritaires africaines. « Cela fait maintenant moins d’une semaine que la Commission européenne a pris ses fonctions et je suis ici au cœur du continent africain », a-t-elle déclaré tout sourire dans son ensemble tailleur blanc ivoire pour souligner le fait qu’elle avait personnellement choisi l’Afrique pour son premier voyage. Et d’ajouter : « J’espère que ma présence à l’Union africaine pourra envoyer un message politique fort. Parce que le continent africain et l’Union africaine comptent pour l’Union européenne et la Commission européenne. » Voilà qui est dit. Mais au-delà de la rhétorique, comment l’UE peut-elle concrètement aller de l’avant avec l’Afrique ?

closevolume_off

Démontrer la valeur ajoutée de l’UE

Alors que l’UE est le principal partenaire commercial de l’Afrique (36 % du commerce de marchandises), et sa première source d’investissement (283 milliards d’euros) et d’aide au développement, les deux blocs sont à un tournant crucial de leurs relations. L’intérêt de la présidente de la commission pour l’Afrique s’inscrit dans un contexte de renouveau entamé par son prédécesseur, Jean-Claude Juncker. En effet, ce n’est que vers la fin de sa présidence que ce dernier a lancé un « nouveau partenariat » avec l’Afrique, à travers notamment, l’Alliance Afrique-Europe. Un plan d’investissement européen qui vise à créer 10 millions d’emplois dans les pays africains. Pour l’heure, les résultats se font attendre, mais l’Afrique représente bien un enjeu vital pour l’UE, et cela est vrai tant pour développement que pour sa sécurité : en 2100, on comptera 4,5 milliards d’Africains pour 466 millions d’Européens.

A LIRE AUSSI:   Algérie : des porteurs de drapeaux berbères écopent de 6 mois de prison ferme

Mais pour la nouvelle présidente de la Commission européenne, l’heure n’est pas aux grandes annonces. Ursula von der Leyen cherche plutôt à comprendre « les tendances qui modèlent l’Afrique et l’Union africaine, le développement sur l’ensemble du continent, les priorités politiques et économiques », a-t-elle tenu à préciser. Et justement l’une des « grandes » problématiques actuelles pour le continent, c’est le changement climatique. Sur ce sujet, Ursula von der Leyen a déjà annoncé son ambition de faire de l’Europe le premier continent neutre sur le plan climatique d’ici à 2050 et doit présenter le 11 décembre un « Pacte vert ». À Addis-Abeba, elle a estimé que l’Afrique et l’Europe pourraient collaborer à la lutte contre le réchauffement. L’Afrique est particulièrement exposée au réchauffement climatique alors qu’elle ne produit que 3,8 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. « Vous, ici, sur le continent africain, comprenez mieux que quiconque le changement climatique », a-t-elle déclaré alors que se tient la COP25 à Madrid depuis le 2 décembre.

Autre dossier brûlant : la question migratoire. Cette semaine, au moins 62 migrants africains sont morts noyés au large de la Mauritanieen tentant de gagner l’Europe, dans le pire naufrage en 2019 sur la route des migrations longeant la côte atlantique. Les dirigeants européens et africains sont déterminés à trouver des solutions aux causes profondes de l’immigration, comme la pauvreté. Dans ce sens, l’Afrique réclame aussi que les pays européens ouvrent leurs portes à plus de migrants africains. Aux côtés de Moussa Faki Mahamat, le président de la commission de l’Union africaine, Ursula von der Leyen s’est montrée très prudente quant aux solutions venues de Bruxelles. « Honnêtement, je n’ai pas toutes les réponses à ces défis, mais je suis convaincue qu’ensemble nous pouvons trouver les réponses », a-t-elle ajouté, pendant que Moussa Faki appelait à une mobilisation internationale accrue pour contrer les menaces sécuritaires, notamment le terrorisme.

A LIRE AUSSI:   Africa Business 2019: Trump ne fait pas le déplacement, et pourtant...

La course vers l’Afrique

La présidente de la Commission européenne s’est ensuite entretenue avec le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, qui doit recevoir mardi à Oslo le prix Nobel de la paix. Elle a félicité son hôte pour cette récompense et pour avoir su faire la paix avec l’Érythrée. « L’Éthiopie a donné de l’espoir à tout le continent. Je veux que vous sachiez que nous sommes à vos côtés », a-t-elle déclaré.

Lors de la rencontre, des accords d’aide financière de l’UE à l’Éthiopie portant sur 170 millions d’euros ont été signés. Sur ce total, 100 millions d’euros seront consacrés aux transports et infrastructures, 50 millions d’euros au secteur de la santé, 10 millions d’euros aux élections et 10 autres millions d’euros à la création d’emplois. Le Premier ministre a remercié l’Europe pour ce soutien, mais a souligné que son pays aurait besoin de beaucoup plus encore à l’avenir pour réformer son économie. « Nous demandons encore plus de soutien financier, car nous sommes ambitieux », a-t-il justifié alors que la Chine continue d’étendre son influence dans de nombreux pays africains, dont l’Éthiopie.

Source: Le Point Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Deux partis tunisiens refusent le rôle de coalition

Read Next

Les Nigériens agacés par la convocation d’Emmanuel Macron