Attaque en Côte d’Ivoire: les forces burkinabè poursuivent les opérations de ratissage

Les premiers éléments de la 3e compagnie d’infanterie motorisée burkinabaise arrivent à l’aéroport de TOMBOUCTOU. Ces soldats burkinabés sont déployés au MALI dans le cadre de la MISMA.

Au Burkina Faso, les opérations se poursuivent dans la forêt située sur la bande frontalière avec son voisin ivoirien. Depuis plusieurs mois, les forces antiterroristes burkinabè mènent une traque contre les hommes de la katiba Macina qui cherchent à s’installer durablement dans cette zone. 

Du côté burkinabè, les forces antiterroristes sont toujours sur place, dans la forêt, à la recherche de ces groupes d’hommes armés qui ont mené l’assaut contre une base de l’armée ivoirienne. Cette traque, selon un haut gradé des forces armées, avait commencé bien avant l’opération conjointe. « Nos forces spéciales sont toujours en opérations là-bas », confie cette source.

Objectif : retrouver et démanteler les différentes bases des groupes armés terroristes installées dans ces forêts. Selon nos sources, ces hommes armés avaient installé plusieurs bases dans ces forêts, des deux côtés de la frontière.

Suite à l’opération « Comoé », ces hommes armés se sont éparpillés dans la forêt de part et d’autre de la frontière. Ces groupes armés auraient un vaste réseau d’informateurs dans ces différentes parties de la forêt qu’ils occupent, estiment certaines sources.

« Même si nous avons pu neutraliser certains d’entre eux durant l’opération Comoé, ces hommes restent encore actifs dans la région », fait savoir une autre source sécuritaire. Selon le chercheur Mahamoudou Sawadogo, cette traque sera très difficile, sans la participation du Ghana, qui partage une partie de cette zone forestière avec le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.

Source: Rfi Afrique/Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

A LIRE AUSSI:   Penser la rhétorique terroriste et combattre les violences dites terroristes-jihadistes ?

Tribune d'Afrique

Read Previous

Quand les statistiques de la Banque mondiale expliquent le Hirak algérien et la résurrection ivoirienne

Read Next

Tourisme en temps de crise: le Maroc veut séduire la clientèle nationale