Afrique : quand Jack Ma trace sa route

Depuis l’épidémie du Covid-19, le philanthrope chinois renforce sa présence sur le continent, au point d’être parfois assimilé à un ambassadeur.

« L’Afrique peut avoir une longueur d’avance sur le coronavirus. À chacun des 54 pays africains, nous allons donner 20 000 kits de test, 100 000 masques et 1 000 combinaisons de protection et visières au personnel soignant. » Ce tweet de Jack Ma date du 16 mars. Alors que l’on dénombre à cette période moins de 500 cas de coronavirus en Afrique, le créateur de la plateforme d’e-commerce Alibaba, désormais à la tête de la Fondation Jack Ma, est déjà sur le pont. Le 22 mars, le matériel promis est débarqué d’un avion-cargo d’Ethiopian Airlines à l’aéroport Addis-Abeba, avant d’être acheminé à travers le continent par la compagnie aérienne éthiopienne. « Jack Ma est, avec la Chine, le donateur le plus visible au Kenya jusque-là », observait dans un entretien au Point Afrique la politiste Nanjala Nyabola le 7 avril. Et ce n’est qu’un début. Ce même jour, les fondations Jack Ma et Alibaba annoncent une nouvelle livraison de matériel médical en Afrique, contenant en sus des respirateurs artificiels.

Les deux fondations ont aussi créé, avec l’appui d’Alibaba Cloud Intelligence et Alibaba Health (branches data intelligence et santé du groupe Alibaba), un centre de consultation médicale en ligne sur le Covid-19 ouvert au personnel de santé du monde entier. On y trouve notamment un outil de séquençage du génome qui permet de dépister le virus en 14 heures – contre deux jours en général. À destination des soignants, enfin, gratuit et téléchargeable, un manuel de prévention et de traitement du Covid-19 a été élaboré dans une vingtaine de langues, dont le haoussa et le kiswahili.

Au nom de la coopération Sud-Sud

La rapidité avec laquelle le philanthrope Jack Ma a mis en route un plan d’aide internationale – dont l’Afrique n’est certes pas l’unique récipiendaire mais fait l’objet d’une attention particulière – contraste avec l’inertie des pays occidentaux, aux prises avec une catastrophe sanitaire. Ce n’est que récemment, le 8 avril, que la France a annoncé une aide de « près de 1,2 milliard d’euros » pour lutter contre la propagation du Covid-19 sur le continent. La veille, l’Union européenne s’engageait à garantir 15 milliards d’euros aux pays les plus vulnérables du continent. L’ONU, de son côté, réclamait le 30 mars 2 500 milliards de dollars pour affronter la pandémie dans les pays en développement, incluant un gel du remboursement des dettes.

Débarquement de masques envoyés par Jack Ma à Khartoum (Soudan) en raison du Covid-19.  © Mahmoud Hjaj / Anadolu Agency via AFP

Une solidarité internationale que les actions des fondations Jack Ma et Alibaba font donc, pour l’heure, passer en arrière-plan. Mais l’action du milliardaire, « combinée à l’aide de la République populaire de Chine, souligne aussi de manière écrasante la rhétorique selon laquelle la Chine aide l’Afrique en cas de besoin, ce qui est une démonstration claire de la solidarité Sud-Sud constamment prêchée par la Chine à ses homologues africains depuis les années 50 », analyse Richard Aidoo, maître de conférences à la Coastal Caroline University, en Caroline du Sud. Au Ghana, pays d’origine de ce politologue résidant aux États-Unis, les liens avec Pékin remontent au traité d’amitié sino-ghanéen signé en 1961, six ans après la conférence de Bandung dont émergeait le Mouvement des non-alignés.

A LIRE AUSSI:   Le terrorisme sera vaincu !

Jack Ma, « électron libre »

Pour qui roule donc Jack Ma, généreux bienfaiteur de 56 ans, dont les plans d’aide liés au coronavirus s’enchevêtrent à ceux de la Chine ? Membre du Parti communiste chinois, reçu en grande pompe dans les capitales africaines lors de ses déplacements, le fondateur du géant du commerce en ligne Alibaba est-il inféodé à Pékin ?

Jack Ma à la conférence internationale d’investissement à Johannesbourg en Octobre 2018.  © STRINGER / AFP

Pour Thierry Pairault, sinologue et spécialiste de la Chine moderne et contemporaine, il faut surtout le voir comme « un électron libre ». « Il jouit d’une grande liberté d’action et de mouvement, puisqu’il a de l’argent [Jack Ma est la deuxième fortune chinoise, NDLR], et lorsqu’il agit à l’extérieur, en particulier en Afrique, il n’est pas mandaté par Pékin », insiste le directeur de recherche émérite (CNRS-École des hautes études en sciences sociales). Et d’établir un parallèle avec l’ancien économiste en chef de la Banque mondiale Justin Yifu Lin, fort lui aussi d’une notoriété internationale : « Ces personnages jouent un évident rôle de VRP pour les entreprises chinoises lors de leurs déplacements à l’étranger, mais il serait faux de les assimiler pour autant à des ambassadeurs de Pékin. Ce sont eux qui décident des actions qu’ils mettent en œuvre. » S’il n’entreprend rien qui s’opposerait aux intérêts chinois, Jack Ma suivrait donc au premier chef un agenda personnel.

Et en Afrique, il « capitalise sur son expérience et sa vision dans le secteur numérique. À cet égard, le continent lui offre la possibilité de recréer un empire », complète Thierry Pairault, en allusion à son départ de la présidence du groupe Alibaba en septembre 2019, dans des circonstances encore floues.

Pari sur les entrepreneurs de la tech

Le 16 novembre 2019, Jack Ma est à Accra, capitale du Ghana. « C’est ma quatrième visite en Afrique, mais c’est la plus importante », commence-t-il lors d’un show retransmis à la télévision. Deux ans après son premier séjour sur le continent, il s’apprête à attribuer un prix d’un million de dollar à des « héros des affaires africains ». L’épilogue d’un programme de soutien aux entrepreneurs du secteur de l’innovation (Africa Netpreneur Prize Initiative, ANPI) initié par sa fondation. Dix mille compétiteurs africains sont en lice en 2019. Seuls dix d’entre eux se partageront la récompense. Pour cette première édition du concours, il est venu accompagné d’éminentes personnalités, parmi lesquelles l’acteur chinois Jet Li ou le Sud-Coréen Ban Ki-moon, ex-secrétaire général de l’ONU.

A LIRE AUSSI:   Obsèques de Jacques Chirac : les chefs d’État africains présents au dernier hommage

Symbolique, l’événement fixe les orientations choisies par Jack Ma en Afrique. « Les participants à l’Anpi doivent proposer des projets qui aident à résoudre les problèmes économiques et sociaux des populations, et s’inscrivent dans une perspective de développement durable. Au terme d’une période de 10 ans, l’Anpi s’est engagé à investir 100 millions de dollars pour soutenir les projets de 100 entrepreneurs africains », résume Catherine Benaïnous, chercheuse et membre du think tank Afrique-Chine-Europe (ACE).

Autre champ d’action : l’environnement, cœur de cible de la fondation Paradise que co-dirige Jack Ma. « En 2017, il a annoncé le financement d’un programme de 10 ans auquel participe également la Fondation Jack Ma, à hauteur de 1,5 million d’euros, pour la protection des animaux sauvages, et a récompensé une cinquantaine de gardes forestiers », ajoute-t-elle.

Dans le sillage de la stratégie d’Alibaba

Mais c’est bien dans le secteur numérique que Jack Ma concentre ses actions, comme pour prolonger, ou accompagner la stratégie mise en œuvre par Alibaba. « La Fondation Jack Ma et le Groupe Alibaba parient sur l’économie numérique pour que l’Afrique accélère son développement », note Catherine Benaïnous. Il y a donc, d’un côté, les affaires. L’empire Alibaba, né avec Alibaba.com en 1999, a essaimé en Afrique à partir du milieu des années 2010. « Plusieurs filiales d’Alibaba sont aujourd’hui présentes, dont Alibaba Cloud [offre de clouds pour les entreprises], Alibaba.com [échanges entre grossistes], AliExpress [du fabricant au consommateur], Tmall Global [de l’entreprise au consommateur] ou encore Alipay [paiement par Internet] », détaille la chercheuse.

Et parallèlement au commerce, « Alibaba participe aussi aux grandes réunions des Nations unies sur le développement. […] En 2018, le groupe a par exemple initié un programme de formation avec le Rwanda en partenariat avec le ministère rwandais de l’Éducation et le Haut-Conseil universitaire. Des cours d’e-commerce ont été fournis par Alibaba Business school à des professeurs rwandais et une vingtaine d’élèves ont ensuite été sélectionnés pour aller suivre des formations d’économie numérique dans cette école de commerce à Hangzhou, en Chine. Le programme s’inscrit dans un projet plus large baptisé African Growth Platform(Plateforme de croissance africaine). L’objectif est d’aider 100 millions de start-up, petites et moyennes entreprises à démarrer leur business d’ici à 2025 – et de créer de l’emploi pour les jeunes en Afrique », explique Catherine Benaïnous.

Jack Ma à l’African Ranger Awards Ceremony au Ghana en novembre 2019. © He Guang / Imaginechina via AFP

Pour se démarquer de la myriade d’acteurs qui misent également sur le numérique en Afrique, la fondation Jack Ma a une rhétorique bien rodée. « La plupart des entrepreneurs en Afrique ressemblent à ceux que l’on voyait en Chine il y a 15-20 ans. Pas d’expérience, pas d’argent, pas de technologie. Les obstacles auxquels ils font face sont énormes. Mais ils n’attendent pas, ils créent les conditions », lance Jack Ma à Accra en novembre 2019 lors de la remise du prix au « héros des affaires africain ».

A LIRE AUSSI:   La nouvelle CEI «conforme» aux recommandations de la Cour africaine (Ouattara)

Une analogie récurrente dans ses discours qui « séduit particulièrement la jeunesse africaine », selon le politologue Richard Aidoo. « Jack Ma pointe les similarités des défis auxquels ils sont ou ont été confrontés pour accélérer le développement économique, et il encourage la jeunesse africaine à être adaptable et persistante, indépendamment de la politique et des pouvoirs en place. C’est le récit d’un succès, non occidental, qui offre de l’espoir à tout un pan de la population », résume-t-il.

Élément du soft power de la Chine ?

Dans cette narration, le philanthrope incarne à lui seul « diverses représentations que la Chine souhaite véhiculer dans le monde, en particulier dans le monde en développement. L’ingéniosité, l’esprit d’entreprise, le capitalisme prospère, la fiabilité, et c’est aussi une personne à laquelle on peut se sentir facilement connecté », note Richard Aidoo. Est-il à ce titre un instrument du Soft Power chinois ? « Dans la mesure de l’admiration suscitée par ses actions de philanthrope, et de ses tentatives de pousser les jeunes générations africaines à aspirer à la prospérité et à la liberté économique, il est voué à contribuer positivement à l’image de la Chine (…) dans un registre, en apparence, non menaçant », répond-il.

Jack Ma avec le président sud-africain Cyril Ramaphosa au siège d’Alibaba. © Stringer / Imaginechina

« La politique d’influence de la Chine bénéficie de Jack Ma sans pour autant l’inclure officiellement », analyse de son côté le directeur de recherche émérite Thierry Pairault. À l’inverse, Jack Ma peut aussi tirer profit de la « chinafrique » quand il avance ses pions dans des pays où les relations politiques, économiques ou diplomatiques avec la République populaire de Chine sont fortes (Ghana, Éthiopie, Nigeria, Afrique du Sud, Rwanda, etc.).

Sur le continent, la Chine écoule ses produits, propose des services, extrait des matières premières minérales, ou capte des soutiens, au nom de la coopération sud-sud ou de la plus récente stratégie « gagnant-gagnant », pour accroître son influence dans la communauté internationale. Et Jack Ma, le philanthrope, que gagne-t-il à renforcer sa présence en Afrique ? « Il ne recherche pas forcément des gains en termes financiers, avance Thierry Pairault. En revanche, il y gagne assurément une stature internationale, qui le protégerait d’un éventuel revirement de Pékin à son égard. »

Source: Le Point Afrique/Mis en Ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Najat Vallaud-Belkacem : « Il faut donner au futur vaccin contre le coronavirus le statut de bien public mondial »

Read Next

CHINE/COVID-19 : La diplomatie du masque