Afrique du Sud : le gouvernement s’engage à mobiliser 650 millions de dollars au profit de la SAA

south africa airways

Les fonds injectés n’empêcheront pas la South African Airways de réduire sa flotte et de supprimer des centaines d’emplois pour rendre effectif son plan de restructuration.

Le gouvernement sud-africain a déclaré aux administrateurs de la South African Airways (SAA) qu’il existe un « engagement ferme de l’Exécutif » de mobiliser au profit de la compagnie aérienne d’Etat 10,5 milliards de rands (650 millions de dollars) de fonds.

La décision a été révélée ce vendredi par un administrateur de la SAA qui a rapporté lors d’une réunion des créanciers de la compagnie sud-africaine que le gouvernement avait le soutien du ministère des Finances, mais que les délais et les mécanismes de financement n’étaient pas encore finalisés.

Pour rappel, les administrateurs avaient pris le contrôle de la SAA en décembre après presque une décennie de pertes financières et ont publié un plan de sauvetage de la compagnie aérienne en juin, après des retards répétés et des hésitations de part et d’autre sur son avenir.

Sauver la compagnie, mais pas les emplois…

Sauf que ce plan qui prévoit de réduire la flotte de la SAA et de supprimer des emplois nécessite au moins 10 milliards de rands pour devenir effectif, et les liquidités n’arrivent toujours à atterrir dans les caisses de la compagnie depuis juillet dernier, lorsque les créanciers avaient adopté le plan de restructuration.

Le Département des entreprises publiques, ministère de tutelle de la SAA notamment, a révélé jeudi qu’il essayait toujours de trouver les fonds nécessaires et qu’il évaluait les propositions de plusieurs partenaires stratégiques potentiels.

Source: La Tribune Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya Exaucée

A LIRE AUSSI:   La dette sud-africaine "devient inconfortable", mais aucun plan de sauvetage n'a été demandé - FMI

Tribune d'Afrique

Read Previous

Les eurodéputés apportent leur soutien au Nobel congolais Denis Mukwege

Read Next

L’UA maintient la pression sur le Mali pour une transition menée par un civil