Une voiture piégée visant la police somalienne fait au moins 5 morts

Une grosse voiture piégée visant un éminent responsable de la police a explosé samedi dans la capitale somalienne, Mogadiscio, tuant au moins cinq personnes, ont indiqué la police et des témoins.

L’attaque a été revendiquée par Al Shabab, le groupe islamiste lié à Qaïda qui a mené des vagues d’attaques pendant des années dans le but de renverser le gouvernement somalien.

Le kamikaze, utilisant un véhicule chargé d’explosifs, a frappé le cortège du commissaire de police de la région, Farhan Mohamud, à une intersection très fréquentée, a déclaré le porte-parole de la police somalienne Sadiiq Dudishe.

Cinq personnes ont été tuées et neuf autres ont été blessées, a déclaré M. Dudishe, mais le commandant de la police a survécu.

« L’objectif des terroristes était de se débarrasser du commandant de police visé, des autres officiers avec lui et de tout autre passant civil », a déclaré M. Dudishe.

Al Shabab a rapidement revendiqué la responsabilité, affirmant dans un communiqué que l’explosion a tué et blessé un « grand nombre » de gardes du chef de la police et détruit plusieurs véhicules.

Mire Adan, qui se trouvait à quelques mètres de la scène, a déclaré que l’explosion « a causé d’énormes dégâts et des pertes parmi la police et les civils ». Un autre témoin, Osman Adan, a fait un récit similaire, affirmant qu’il avait vu plusieurs cadavres, pour la plupart des civils, et que « toute la zone est enfumée ».

Le groupe djihadiste se bat pour renverser le gouvernement fédéral depuis 2007 et lance de fréquentes attaques contre des cibles gouvernementales et civiles.

Il a contrôlé la capitale jusqu’en 2011, date à laquelle il a été chassé par les troupes de l’Union africaine, mais il détient toujours des territoires à la campagne.

A LIRE AUSSI:   Le Kenya et la Somalie reprennent leurs relations diplomatiques

Des militants du groupe ont organisé une agression la semaine dernière contre un salon de thé bondé à Mogadiscio, à quelques centaines de mètres du siège de la Somali Intelligence Agency.

L’attaque du café, souvent fréquenté par des membres des forces de sécurité somaliennes, a fait 10 morts et des dizaines de blessés.

Source : The New York Times/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Fake news: les médias numériques ivoiriens en réflexion sur une Charte

Read Next

Législatives en Éthiopie : le parti d’Abiy Ahmed remporte une large majorité des sièges