Un modérateur de contenu au Kenya poursuit Meta pour ses conditions de travail

Un ancien modérateur travaillant pour le propriétaire de Facebook Meta Platforms Inc (FB.O) a déposé mardi une plainte alléguant que les mauvaises conditions de travail des modérateurs de contenu sous contrat violent la constitution kenyane.

La requête, également déposée contre la société locale de sous-traitance de Meta, Sama, allègue que les travailleurs qui modèrent les publications sur Facebook au Kenya ont été soumis à des conditions de travail déraisonnables, notamment des salaires irréguliers, un soutien inadéquat en matière de santé mentale, des attaques antisyndicales et des violations de leur vie privée et de leur dignité.

Le procès, intenté par une personne au nom d’un groupe, demande une compensation financière, une ordonnance selon laquelle les modérateurs externalisés ont les mêmes soins de santé et la même échelle salariale que les employés de Meta, que les droits de syndicalisation soient protégés et un audit indépendant des droits de l’homme du bureau.

Un porte-parole de Meta a déclaré à Reuters: « Nous prenons au sérieux notre responsabilité envers les personnes qui examinent le contenu de Meta et exigeons de nos partenaires qu’ils fournissent un salaire, des avantages et une assistance parmi les meilleurs de l’industrie. Nous encourageons également les examinateurs de contenu à soulever des problèmes lorsqu’ils en prennent connaissance et effectuer régulièrement des audits indépendants pour s’assurer que nos partenaires respectent les normes élevées auxquelles nous nous attendons.

Sama a refusé de commenter avant de voir le procès, mais a précédemment rejeté les allégations selon lesquelles ses employés étaient injustement payés, que le processus de recrutement était opaque ou que ses avantages en matière de santé mentale étaient insuffisants.

A LIRE AUSSI:   Génocide des Tutsi : la justice française referme le dossier sur l’attentat contre l’avion de Juvénal Habyarimana

Les demandes d’action spécifiques du procès sont plus granulaires et plus étendues que celles recherchées dans les affaires précédentes et pourraient se répercuter au-delà du Kenya.

« Cela pourrait avoir des effets d’entraînement. Facebook va devoir révéler beaucoup de choses sur la façon dont il gère son opération de modération », a déclaré Odanga Madung, membre de la Mozilla Foundation, une organisation mondiale à but non lucratif basée aux États-Unis et dédiée aux droits sur Internet.

À l’échelle mondiale, des milliers de modérateurs examinent les publications sur les réseaux sociaux qui pourraient représenter de la violence, de la nudité, du racisme ou d’autres contenus offensants. Beaucoup travaillent pour des sous-traitants tiers plutôt que pour des entreprises de technologie.

Meta a déjà fait l’objet d’un examen minutieux des conditions de travail des modérateurs de contenu.

L’année dernière, un juge californien a approuvé un règlement de 85 millions de dollars entre Facebook et plus de 10 000 modérateurs de contenu qui avaient accusé l’entreprise de ne pas les avoir protégés des blessures psychologiques résultant de leur exposition à des images graphiques et violentes.

Facebook n’a pas reconnu d’actes répréhensibles dans l’affaire californienne, mais a accepté de prendre des mesures pour fournir à ses modérateurs de contenu, qui sont employés par des fournisseurs tiers, des environnements de travail plus sûrs.

VIDÉOS VIOLENTES

Le procès kenyan a été déposé au nom de Daniel Motaung, recruté en 2019 en provenance d’Afrique du Sud pour travailler pour Sama à Nairobi. Motaung dit qu’il n’a pas reçu de détails sur la nature du travail d’examen des publications sur Facebook avant son arrivée.

A LIRE AUSSI:   CÔTE D’IVOIRE/CORONAVIRUS : A 7 mois de la présidentielle, le gouvernement déclenche la guerre au Covid-19

La première vidéo dont Motaung se souvient avoir été modérée était une décapitation. Le contenu dérangeant s’est accumulé, mais Motaung affirme que son salaire et son soutien en matière de santé mentale étaient insuffisants.

« J’ai reçu un diagnostic de SSPT sévère (trouble de stress post-traumatique) », a déclaré Motaung à Reuters. « Je vis… un film d’horreur. »

Les avocats de Motaung ont déclaré que Meta et Sama créaient un environnement dangereux et dégradant dans lequel les travailleurs ne bénéficiaient pas des mêmes protections que les employés d’autres pays.

« Si à Dublin, les gens ne peuvent pas regarder du contenu préjudiciable pendant deux heures, cela devrait être la règle partout », a déclaré l’avocate de Motaung, Mercy Mutemi. « S’ils ont besoin d’un psychologue de garde, cela devrait s’appliquer partout. »

Peu de temps après avoir rejoint Sama, Motaung a tenté de former un syndicat pour défendre les quelque 200 travailleurs de l’entreprise à Nairobi.

Il a été licencié peu de temps après, ce qui, selon lui et ses avocats, était dû à la tentative de syndicalisation. Les droits syndicaux sont inscrits dans la constitution kenyane.

Sama n’a pas commenté cette allégation.

L’expérience de Motaung a été révélée pour la première fois dans une enquête publiée par le magazine Time en février.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Libye: la production pétrolière toujours bloquée par l’absence de mécanisme de répartition des revenus

Read Next

Burkina : course contre la montre pour sauver les mineurs coincés dans la mine de Perkoa