Un journaliste tanzanien accuse un journaliste d’investigation de crimes financiers

Un journaliste d’investigation tanzanien a été inculpé de blanchiment d’argent, d’évasion fiscale et d’aide au racket criminel, selon un document judiciaire vu par Reuters, selon son avocat, qui avait des motifs politiques.

Des groupes de défense des droits de l’homme affirment que la liberté de la presse en Tanzanie s’est considérablement détériorée depuis l’élection du président John Magufuli en 2015, dont l’administration a fermé les journaux, arrêté des dirigeants et des militants de l’opposition et restreint les rassemblements politiques. Le gouvernement a rejeté les critiques.

Erick Kabendera, qui a écrit pour des publications nationales et internationales, notamment The Guardian et The Times of London, a été arrêté à son domicile à Dar es-Salaam la semaine dernière, à la suite de ce que la police avait déclaré être des questions concernant sa citoyenneté. 

Lundi après-midi, un tribunal a accusé Kabendera de trois chefs de crime organisé, de non-paiement d’impôts et de blanchiment d’argent, selon une feuille d’accusation vue par Reuters.

Dans l’acte d’accusation, le procureur de la République a déclaré qu’entre janvier 2015 et juillet 2019, Kabendera avait «fourni sciemment une assistance dans la conduite des affaires d’un racket criminel, dans le but de réaliser un profit ou un autre avantage».

Au cours d’une période similaire, il a omis de payer des impôts pour un revenu de 173 millions de shillings (75 000 dollars), a précisé l’acte d’accusation.

L’affaire a été ajournée jusqu’au 19 août, date à laquelle elle sera soulevée.

«Compte tenu de la nature des questions qui lui sont posées depuis sa mise en garde à vue, nous estimons que son arrestation et ses poursuites sont liées à son travail de journaliste», a déclaré à Reuters, l’avocat de Kabendera, Jebra Kambole.

A LIRE AUSSI:   Tanzanie: selon l’opposition, la Commission électorale fraude en faveur du pouvoir

Le porte-parole du gouvernement, Hassan Abbas, n’a pas répondu aux appels ni répondu aux SMS demandant des commentaires.

Le mois dernier, Kabendera a publié un article dans la publication régionale The East African à propos de prétendues divisions internes au sein du parti au pouvoir, Chama Cha Mapinduzi (CCM), en prévision des élections présidentielles de 2020.

Muthoki Mumo, représentant de l’Afrique subsaharienne pour

Le Comité pour la protection des journalistes, basé à New York, a déclaré que ces accusations constituaient des représailles pour le travail de journaliste de Kabendera.

« Le maintien en détention de ce journaliste indépendant est une tentative de museler une voix critique. Son cas est également susceptible d’intimider les autres membres de la communauté des médias de Tanzanie pour qu’ils se taisent », a-t-elle déclaré.

L’avocat de Kabendera a déclaré que le blanchiment d’argent n’était pas une infraction punissable, ce qui signifie que le journaliste devrait rester en détention provisoire jusqu’à la clôture de l’affaire, avertissant que cela pourrait durer jusqu’à trois ans.

Source: Reuters/Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Rencontre Gbagbo-Bédié : « Ce n’est pas mon affaire, je ne suis jamais intervenu », assure Alassane Ouattara

Read Next

RCA: à plus d’un an des élections, la vie politique est en ébullition à Bangui