Un colloque au Sénat sur les responsabilités du génocide rwandais fait polémique

Un colloque sur l’Afrique des Grands lacs, organisé le 9 mars au Sénat, à Paris, fait polémique. Il donne la parole à plusieurs personnalités connues pour nier ou minimiser le génocide rwandais qui a fait 800 000 morts en 1994.  

« Afrique des Grands Lacs : soixante ans de tragique instabilité ». L’intitulé du colloque qui se tenait le 9 mars au Sénat n’annonçait pas la couleur. Et pour cause : sa vocation principale était de réfléchir aux « responsabilités régionales et internationales » dans le génocide rwandais de 1994, un sujet hautement polémique. Le génocide commis à l’instigation du régime hutu alors au pouvoir, a fait environ 800 000 morts entre avril et juillet 1994, essentiellement parmi la minorité tutsie, mais aussi chez les Hutus modérés, selon l’ONU.

« Peu de sujets sont aussi clivants que le génocide des Tutsis au Rwanda et la politique de la France au Rwanda », a prévenu en ouverture du colloque le Belge Olivier Lanotte, docteur en sciences politiques. « La recherche des responsabilités est un exercice délicat vu la tendance qu’ont certains observateurs d’assimiler trop souvent au négationnisme ceux qui s’engagent sur le terrain miné de la dénonciation des crimes du Front patriotique rwandais (FPR) », mouvement de rébellion qui défend les Tutsis, a ajouté ce chercheur, auteur de plusieurs ouvrages sur des pays de la région. Le ton était donné.

Un panel d’invités litigieux

Plusieurs politiques ou associations de défenses de victimes du génocide rwandais dénoncent un panel d’invités qui ont tous en commun de nier ou de minimiser le génocide des Tutsis du Rwanda. Dans une lettre adressée le 29 février au président du Sénat Gérard Larcher, les associations « Ibuka France » et « Communauté Rwandaise de France » (CRF) soulignent qu’au « nombre des conférenciers (…) apparaissent les noms de plusieurs personnalités connues pour leur travail incessant de banalisation, minoration et/ou négation du génocide ».

A LIRE AUSSI:   La CEMAC s'offre un no-deal roadshow à l'occasion de Paris-Infraweek 2020

Parmi ces personnalités mises en cause, la journaliste canadienne Judi Rever. Dans son ouvrage « In Praise of blood, the crimes of the Rwandan Patriotic Front” (2018) (« Éloge du sang – Les crimes du Front patriotique rwandais »), elle affirme notamment que le FPR, qui a pris le pouvoir après la tragédie, avait été infiltré par des milices Interahamwé, bras armé du régime génocidaire. Selon elle, quelque 500 000 Hutus ont été massacrés par le FPR et il s’agirait là d’un autre « génocide ». Ce livre, qui a fait scandale, a été jugé « négationniste » par bon nombre de spécialistes du sujet.

Parmi les participants aux tables rondes, figure également l’intellectuel franco-camerounais Adrien-Charles Onana, visé par une plainte de la Licra pour contestation de crimes contre l’humanité. Invité en octobre 2019 sur LCI par Vincent Hervouët, qui devait animer les débats lundi au Sénat, avant de renoncer à la dernière minute, il avait affirmé : « Entre 1990 et 1994, il n’y a pas eu de génocide contre les Tutsis, ni contre quiconque. » La Licra a d’ailleurs dénoncé un « colloque de la honte » au Sénat.

Charles Onana est également connu pour sa détermination à dédouaner l’armée française dans la tragédie rwandaise et « ce en dépit de l’omniprésence avérée des militaires français au côté d’un régime qui organise dès 1991 des pogroms contre les Tutsis », comme le rappelle dans Libération la journaliste Maria Malagardis, spécialiste de la question. Et malgré les doutes qui pèsent sur l’opération Turquoise de l’armée française, soupçonnée d’avoir été déclenchée pour venir en aide à l’armée génocidaire. « Même Hubert Védrine, à l’époque secrétaire général de l’Élysée, a fini par avouer, lors d’une audition devant la commission Défense en 2014, que Paris avait livré des armes au régime génocidaire », poursuit Maria Malagardis. Hubert Védrine, qui fait également partie du panel des invités.

A LIRE AUSSI:   Présidentielle au Togo: rencontre entre l'opposition et le gouvernement

Enfin, à leurs côtés, se trouve aussi Jean-Marie Vianney Ndagijimana, l’ancien ambassadeur du Rwanda en France aujourd’hui en rupture avec Kigali. Dans son livre « Paul Kagamé a sacrifié les Tutsis » (La Pagaie, 2009), ce dernier tente lui aussi de rendre le FPR responsable de l’extermination des Tutsis.

Différence de traitement ?

Plusieurs voix, comme celle du président du Sénat rwandais Augustin Iyamuremye, se sont élevées pour demander l’annulation du colloque. En France, le sénateur Christophe Frassa (LFI) a exprimé son désaccord sur Twitter : « le Groupe France-Afrique que je préside ne soutient pas ce colloque. Ce n’est pas la position du Sénat ni de la France. L’histoire lorsqu’elle est tragique ne supporte par la négation. »

Le Sénat lui-même s’est dédouané. Gérard Longuet, qui s’exprimer en clôture du colloque, a affirmé qu’il n’était pas l’organisateur mais qu’il avait « permis l’obtention d’une salle en raison du rôle joué par des anciens militaires de Turquoise dont je soutiens (…) la pertinence de l’engagement il y a plus de 25 ans de cela ». 

Des associations ont lancé une pétition en ligne, qui avait recueilli plus de 5 800 signatures lundi après-midi. Une mesure prise à défaut d’avoir réussi à faire annuler l’événement. « Nous avons tenté d’alerter les sénateurs mais on nous a répondu que le colloque coche toutes les cases légales », explique à France 24 Étienne Nsanzimana, président de l’association Ibuka, précisant que les membres de son association n’ont pas eu droit d’assister aux débats.

« Le fait que le Sénat ne puisse pas refuser cette salle, et ce alors que les intervenants ont tenu ouvertement des propos abjects sur le génocide, nous laisse penser qu’il y a un certain relativisme en ce qui concerne le génocide rwandais. Est-ce qu’on aurait laissé une salle à Robert Faurisson [historien négationniste de la Shoah] ? Nous ne pouvons que constater la facilité avec laquelle ces négationnistes se voient offrir une tribune », regrette Étienne Nsanzimana. Et d’ajouter : « Le doute est l’arme des négationnistes : le mal est fait à partir du moment où le doute est semé ».

A LIRE AUSSI:   Félix Tshisekedi obtient la démission du ministre de la Justice en RDC

Source: France 24 / Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Amnesty International interpelle l’Etat du Cameroun

Read Next

CÔTE D’IVOIRE : Renoncement à un troisième mandat, Gon Coulibaly rend hommage à Ouattara