Tunisie : accusée d’exercer ses activités de façon illégale, la chaîne Nessma TV est fermée

La chaîne de télévision privée Nessma TV, fondée par l’ancien candidat à la présidentielle Nabil Karoui, a été fermée, mercredi, par la haute autorité de l’audiovisuel tunisien en raison de « suspicions de corruption financière et administrative ».

En Tunisie, Nessma TV ne diffuse plus. La haute autorité de l’audiovisuel tunisien (Haica) a annoncé, mercredi 27 octobre, la fermeture de la chaîne de télévision privée fondée par l’homme d’affaires Nabil Karoui, ancien rival du président Kaïs Saïed lors de l’élection présidentielle de fin 2019.

La Haica a précisé, dans un communiqué, avoir fait saisir « les équipements de diffusion » de Nessma TV qui émet ses programmes sans licence. « Malgré [de] multiples correspondances et réunions, cette chaîne a continué à exercer ses activités d’une façon illégale », a ajouté la Haica.

L’instance a également expliqué cette fermeture par « des suspicions de corruption financière et administrative » et par la supervision de cette chaîne par le chef d’un parti politique, « ce qui a influencé le contenu de ses émissions », selon la Haica.

Les équipements de la chaîne avaient déjà été saisis en avril 2019 après une décision de la Haica pour les mêmes raisons.

Nabil Karoui remis en liberté

Derrière cette chaîne privée, se trouve Nabil Karoui, candidat à la présidentielle en 2019, le chef du parti Qalb Tounes, allié au mouvement d’inspiration islamiste Ennahda, bête noire du président Kaïs Saïed.

Il avait été arrêté début septembre en Algérie avec son frère, Ghazi Karoui. Les deux hommes avaient notamment été placés en détention pour « entrée illégale » sur le territoire. Après le coup de force du président Kaïs Saïed, le 25 juillet, plusieurs médias locaux avaient évoqué une « fuite » de Nabil Karoui à l’étranger avant son arrestation en Algérie.

A LIRE AUSSI:   Une mission ministérielle de la Cédéao en Côte d'Ivoire pour tenter une médiation

Selon des médias algériens et tunisiens, Nabil Karoui et son frère ont été remis en liberté mardi, à la demande de leurs avocats.

Depuis 2017, Nabil Karoui est poursuivi par la justice tunisienne pour une affaire de blanchiment d’argent et de fraude fiscale.

Arrêté en 2019, il avait passé plus d’un mois en prison en pleine campagne électorale, ce que ses partisans avaient dénoncé comme une instrumentalisation de la justice. Il avait de nouveau été placé en détention provisoire de décembre 2020 à juin 2021.

Nabil Karoui, dont le programme pour la présidentielle était axé sur l’anti-islamisme et la lutte contre la pauvreté, avait été largement battu par Kaïs Saïed à la présidentielle de 2019.

Source: France 24/ Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Immigration : la France veut mettre en place « une politique beaucoup mieux organisée » avec les pays d’Afrique

Read Next

Economie : après le tourisme et la finance, l’île Maurice trace la voie du pétrole