Terrorisme en Afrique de l’Ouest: l’Initiative d’Accra finalise à Cotonou une opération conjointe

La seizième conférence des chefs des services de renseignements des pays membres de l’Initiative d’Accra, mécanisme lancé en septembre 2017 pour mieux coordonner la lutte contre le terrorisme dans la sous-région, s’est achevée mercredi 13 avril à Cotonou. L’opération conjointe d’envergure baptisée « Koudanglou renforcée », en préparation depuis quelques mois, a été validée par les ministres de l’Intérieur des pays concernés qui étaient présents. 

Admis comme pays observateur avec le Niger, le Mali était absent, certainement à cause des sanctions de la Cédéao. Tous les autres pays membres de l’Initiative d’Accra, lancée en 2017, étaient représentés : Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Ghana et du Togo. Une organisation dont l’action consiste à partager des informations, du renseignement, et à des opérations militaires conjointes.

Dans l’hôtel où se tenait la réunion, placé sous très bonne garde, les grands noms des services secrets de la sous-région. Les travaux ont été essentiellement consacrés au terrorisme avec une grosse inquiétude, celle de voir les groupes jihadistes sévir dans les pays côtiers.

Le Bénin n’y a pas échappé : lundi seulement, alors que se tenait la réunion, une mine artisanale doublée d’une embuscade a fauché cinq militaires béninois. Comment faire face ? Se mobiliser, mieux s’organiser et riposter ensemble. Des actions communes ont été menées par le passé, il faut les poursuivre et les étoffer, a décidé la réunion.

Une opération conjointe d’envergure était en préparation, elle a été validée par les ministres de l’Intérieur. Dernière étape, un changement important, l’opération ne va pas durer quelques jours seulement, elle sera planifiée sur douze mois. Selon nos informations, sept pays devraient y participer. Les zones frontalières seront les principales zones d’opération.

A LIRE AUSSI:   Olivier Granet : «Le secteur de l’hôtellerie post-crise en Afrique sera très différent de celui de mars 2020»

Source: RFI Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

L’Ouganda lutte contre la chenille légionnaire qui dévore les cultures et accuse le changement climatique

Read Next

La Russie veut « attiser la misère » selon Annalena Baerbock