Tchad: les soutiens de la Transition et de la France ont manifesté à Ndjamena

Au Tchad, près de 2000 personnes ont manifesté, ce dimanche 6 mars, à Ndjamena à l’appel de la Coalition des associations de la société civile pour l’action citoyenne (Casac), proche du régime de la transition. Mot d’ordre de la mobilisation : soutenir la transition militaire, la paix dans le pays et le soutien de la France. À la tête du cortège, le président de la Casac et ministre de la Jeunesse et des Sports. 

Une marée jaune a envahi la rue de 40 mètres à Ndjamena. En majorité des jeunes dont des enfants, qui portent des tee-shirt Casac, mais aussi des personnes à cheval. Environ 2000 personnes ont manifesté selon la police. Parmi elles, Ela Neloumgaye Djimadoumbaye, étudiante. « Le Tchad traverse un moment de transition. C’est un moment très difficile donc nous devons nous unir pour voir un avenir à notre pays. »

Dans le cortège, des banderoles et pancartes « CMT gage de stabilité ». Abakar Maki Daoud  lui tient une pancarte « Merci la France ». « Lorsqu’on a perdu notre maréchal [Idriss Déby Itno, mort le xxx] c’est grâce à la France que le pays a été stabilisé, tout s’est organisé et tout est bien au Tchad maintenant. » Mahamat Saleh Alkhali Hassan renchérit : « La France joue un rôle très important, on la soutient de tout notre coeur. La France nous aide à la sécurité dans notre pays. »

À l’initiative de ce rassemblement, la Casac, une coalition d’associations de la société civile proche du pouvoir. Son président Mahmoud Ali Seïd, également ministre de la Jeunesse et des Sports, a harangué la foule, tout en appelant les chefs rebelles à rejoindre le CMT : « J’aimerais lancer un appel pour demander à tous nos compatriotes de suivre la marche de la paix que connaît notre pays. Les pays limitrophes connaissent des difficultés sécuritaires et nous sommes le seul pays dans la sous-région à pouvoir bénéficier de la paix et de la stabilité. Il est indispensable de la préserver. » Puis il lance un message à peine voilé à la coalition d’opposition Wakit Tama, qui la semaine dernière a organisé une marche dénonçant notamment le soutien de la France au gouvernement de transition : « Nous sommes contre ceux qui brûlent les drapeaux de nos partenaires. Nous sommes des gens de paix et nous n’accepterons point que nos alliés soient exposés à la vindicte populaire. Vive la paix ! Vive le Tchad ! »

A LIRE AUSSI:   Tchad: le Comité d'organisation du dialogue inclusif prend ses marques, Wakit Tama refuse d'en être

Après un report, le dialogue entre autorités tchadiennes et responsables rebelles est prévu le 13 mars au Qatar. 

Source: RFI Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Malawi : l’Eglise dénonce la corruption du gouvernement

Read Next

RDC : le FMI croit au rebond de l’économie