Soudan : une manifestation appelle à un coup d’État militaire alors que la crise politique s’aggrave

Des milliers de manifestants se sont rassemblés samedi devant le palais présidentiel de Khartoum pour appeler l’armée à prendre le pouvoir alors que le Soudan est aux prises avec la plus grande crise politique de sa transition vieille de deux ans.

Les groupes militaires et civils se partagent le pouvoir dans ce pays d’Afrique de l’Est dans le cadre d’une alliance difficile depuis le renversement du président de longue date Omar al-Bashir en 2019.

Mais à la suite d’une tentative de coup d’État ratée en septembre attribuée aux forces fidèles à Bashir, les chefs militaires ont exigé des réformes de la coalition des Forces de la liberté et du changement (FFC) et le remplacement du cabinet.

Les dirigeants civils, cependant, les ont accusés de viser une prise de pouvoir.

Une faction du FFC alignée sur l’armée, comprenant des groupes armés qui se sont rebellés contre Bashir, a appelé aux manifestations de samedi et a organisé un bref événement dans une salle de congrès voisine.

Les manifestants ont scandé « à bas le gouvernement de la faim » et ont appelé le général Abdel Fattah al-Burhan, chef des forces armées et du Conseil souverain conjoint militaro-civil du Soudan, à lancer un coup d’État et à renverser le gouvernement.

Contrairement aux précédentes manifestations, les manifestants ont pu atteindre les grilles du palais présidentiel qui est généralement barricadé. Il y avait peu de présence policière lors de la manifestation.

Les manifestants, qui ont été vus arriver dans le centre de Khartoum à bord de dizaines de bus, se sont affrontés avec des manifestants pro-civils.

A LIRE AUSSI:   Soudan: baisse de la tension dans l’Est après un accord entre les autorités et les manifestants

Auparavant, des membres d’un groupe armé non identifié avaient retiré les barrières de sécurité autour des bâtiments gouvernementaux et empêché la police et les forces de sécurité de se préparer pour la marche, a déclaré le gouverneur de l’État de Khartoum, Ayman Khalid, dans un communiqué.

Dans un discours prononcé vendredi , le Premier ministre civil Abdalla Hamdok a présenté une feuille de route pour sortir de la crise et a averti que l’incapacité à trouver une solution mettrait l’avenir du pays « au vent ».

À la racine de la crise se trouvent des différends sur des questions de justice, de restructuration militaire et de démantèlement de l’appareil financier du régime de Bashir, selon les analystes . 

Des groupes pro-civils ont appelé à manifester jeudi.

Source: Reuters Afrique/ Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Centrafrique: les paramilitaires russes applaudis à l’Assemblée nationale

Read Next

Libye: l’Unicef appelle à relâcher un millier de femmes et d’enfants détenus Publié