Sida : pénurie de préservatifs au Kenya

Le 1er décembre est la journée mondiale consacrée à lalutte contre le sida, qui a tué plus de 36 millions de personnes depuis son apparition.0 seconds of 0 secondsVolume 90%Écouter l’audio26:13

Le VIH Sida est toujours là !

En l’absence de vaccin, le préservatif reste le seul moyen fiable de se protéger et de protéger ses partenaires sexuels d’une contamination. Or les Kenyans sont confrontés à un problème de taille: le pays manque de préservatifs. 

Vu au journal TV

Le sujet est grave : on en parle même au journal télévisé kenyan : « Le pays fait face à une grave pénurie de préservatifs”, explique le présentateur. « Cela fait près d’un an maintenant que les centres de santé, les hôtels, les restaurants n’ont plus de préservatifs gratuits dans les distributeurs à disposition dans leurs locaux », poursuit le journaliste.

Des préservatifs devenus un luxe

Près d’un million et demi de Kenyans sont séropositifs. Les préservatifs gratuits sont donc essentiels pour éviter la propagation du virus.
Bernadette Wairimu, une habitante de Nairobi, confirme que les préservatifs sont chers, dans un pays où la plupart des gens vivent avec moins de deux dollars par jour.

Taxes problématiques

Les préservatifs qui étaient distribués gratuitement sont offerts par les Nations unies ou d’autres institutions. Mais désormais, le Kenya impose des taxes à l’importation, alors les cargaisons restent bloquées à la douane.

Le problème est d’autant plus grand que les antirétroviraux manquaient aussi ces derniers mois.

Alors des malades ont manifesté récemment devant le ministère de la Santé pour exprimer leur colère.

A LIRE AUSSI:   Le plus grand projet éolien d'Afrique s'ouvre dans le nord du Kenya
Difficile de se payer des préservatifs quand on vit avec deux dollars par jour
Difficile de se payer des préservatifs quand on vit avec deux dollars par jour

Les malades atteints du VIH ne veulent pas être victimes de taxes que le gouvernement veut imposer sur des dons. C’est ce qu’explique un militant de Kisumu.

Un appel au président Kenyatta

Un accord transitoire avait pu être trouvé avec l’un des principaux donateurs : la coopération américaine USAid. Mais cet accord est dépassé et Kevin, un jeune homme, est pessimiste. Il en appelle au gouvernement qui « a besoin des jeunes ».

Une campagne de sensibilisation contre le VIH-Sida
Une campagne de sensibilisation contre le VIH-Sida

Le président Uhuru Kenyatta devrait, selon lui, « organiser des distributions de préservatifs gratuits » pour faire face à ce qu’il qualifie de « catastrophe nationale. »

Le programme national de lutte anti-sida craint que le taux de contamination ne reparte à la hausse, après plusieurs années de baisse encourageante.

Source: Deutsche Welle Afrique/ Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Comment Akinwumi Adesina a pris la décision de reporter le forum de la BAD

Read Next

Situation en Tunisie : Le plan de sortie de crise de Kaïs Saïed se fait attendre