Reprise du dialogue politique inter-libyen à Tunis début novembre

En Libye, les autorités de Tripoli et Tobrouk ont imposé un couvre-feu pour enrayer la progression du Covid-19

L’Organisation des Nations unies (ONU) a annoncé la reprise, début novembre en Tunisie, du dialogue politique interlibyen pour un règlement de la crise en Libye.

L’émissaire par intérim de l’ONU en Libye, Stephanie Williams, a annoncé «la reprise des pourparlers interlibyens inclusifs (…) avec une réunion début novembre en Tunisie», selon la Mission d’appui des Nations unies en Libye (Manul). Cette réunion en «face à face» en Tunisie fera suite à plusieurs «consultations virtuelles», précise la Manul dans un communiqué rendu public samedi, cité par les médias.Advertisements

Pays de l’Afrique du Nord, la Libye est actuellement déchirée entre deux autorités : le Gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli et reconnu par l’ONU, et un pouvoir incarné par Khalifa Haftar, basé à l’Est. Interrompu à maintes reprises depuis les accords de Skhirat (Maroc) en décembre 2015, le processus politique libyen a été mis à mal par l’offensive militaire du maréchal Haftar lancée contre Tripoli en avril 2019. Après la défaite de ce dernier en juin 2020, les deux rivaux, sous l’égide de l’ONU, sont retournés en septembre à la table des négociations avec des réunions thématiques : institutionnelle au Maroc, militaire en Egypte et politique en Suisse.

Le «Forum du dialogue politique libyen» (FDPL) est l’aboutissement des différentes médiations menées par l’ONU et des pays de la région pour trouver une solution politique et durable à la crise en Libye. L’objectif du FDPL sera de consacrer les «progrès et les visions consensuelles» émergeant des récentes consultations inter-libyennes à Montreux (Suisse), à Bouznika (Maroc) et au Caire. Ce dialogue politique vise notamment à «dégager un consensus sur un cadre de gouvernance unifié et des arrangements qui conduiront à l’organisation d’élections», a indiqué le communiqué onusien.

A LIRE AUSSI:   Mali : Ibrahim Boubacar Keïta qualifie « d’élucubrations » les spéculations sur un putsch

Source: El Watan/ Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

VATICAN: Cecilia Marogna, la femme qui a déchu le cardinal

Read Next

Nairobi et Londres organisent un sommet sur le financement de l’éducation