Nouvelle réunion sur la crise libyenne à Alger

Sept pays voisins de la Libye ont débuté, hier, lundi 30 août, à Alger une réunion régulière de deux jours, au niveau des ministres des Affaires étrangères consacrée à la crise libyenne. Il s’agit de l’Égypte, de la Tunisie, du Soudan, du Niger, du Tchad en plus de la Libye et de l’Algérie, pays hôte. Assistera également à cette réunion, le ministre des Affaires étrangères congolais, Claude Gakosso, en tant que représentant du comité du haut niveau de l’Union africaine sur la Libye, ainsi que le commissaire de l’UE à la paix et la sécurité. Enfin, le secrétaire général de la Ligue arabe prendra également part à cette réunion. L’objectif étant d’établir une feuille de route pour la tenue d’élections dans les délais prévus.

L’Algérie accueille une nouvelle réunion des pays voisins de la Libye, après celle de janvier 2020. Depuis, la position de ces pays n’a pas changé. Ils devraient pouvoir contribuer aux efforts de paix et de stabilité menés sous l’égide de l’ONU en Libye et ceci, loin des ingérences étrangères et d’afflux continu des armes et de mercenaires.

Dialogue inclusif

Ces pays sont partisans d’un dialogue inclusif pour sortir de la crise et réaliser la réconciliation nationale. La nouvelle rencontre évoquera donc la situation politique et sécuritaire, à l’approche de la date des élections libyennes, espérées avant la fin de l’année 2021. Elle tentera de faire respecter le calendrier de l’ONU pour ces élections, alors que le processus de Berlin semble à nouveau en panne.

Préparer une loi électorale

La rencontre se tiendra d’ailleurs en présence de Jan Kubis, l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU exhorté par les membres du Forum de dialogue politique libyen à convoquer une réunion urgente de ce forum pour essayer de s’entendre sur la loi électorale. Car en l’absence de cette loi, aucun candidat ne peut postuler. La réunion abordera enfin, les efforts visant à arrêter la propagation de la violence émanant du sud de la Libye. 

A LIRE AUSSI:   Algérie : un pied à la BERD, à quand les financements ?

Source: RFI Afrique/ Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya- Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Les Nations unies dénoncent l’aggravation des violences contre les civils

Read Next

Echec de l’essai d’un vaccin contre le VIH en Afrique sub-saharienne