Niger : les civils pris pour cible par les djihadistes

Un nouveau rapport de Human Rights Watch raconte les atrocités commises par les djihadistes contre les populations civiles dans l’ouest du Niger.

Selon l’ONG, les populations civiles paient ainsi leur refus de collaborer avec les djihadistes dans la guerre qu’ils mènent contre l’Etat nigérien.

« Les groupes islamiques armés ont déclaré la guerre aux populations civiles dans l’ouest du Niger. Ils accusent les villageois d’avoir livré certains suspects terroristes à l’armée ou de les avoir tués. Ils accusent certains villageois d’acquérir des armes de guerre et de former des groupes d’autodéfense. Ils accusent aussi certains villages d’avoir refusé les djihadistes et d’avoir aussi refusé de donner des renseignements sur les activités de l’armée nigérienne« , a expliqué à la DW Corinne Dufka, la directrice chargée du Sahel à Human Rights Watch.  

Nature des atrocités 

Pour Corinne Dufka, ces atrocités « sont  terribles. Les djihadistes arrivent à moto, encerclent les villages et se mettent à tirer sur les populations. La plupart des victimes sont des hommes mais il y a aussi des garçons qui ont été tués. Ce sont des atrocités terribles. Ce sont surtout des exactions sommaires. »

Selon la chercheuse, certains villages se sont vidés de leurs populations, « des milliers de personnes  ont laissé leurs villages et sont des déplacés maintenant. »

L'armée nigérienne peine à assurer la sécurité des populations civiles dans l'ouest du pays
L’armée nigérienne peine à assurer la sécurité des populations civiles dans l’ouest du pays

Les auteurs des attaques

« Les villageois pensent que ce sont des groupes liés à l’Etat islamique. La plupart des attaques ont été commises par des groupes basés soit au Mali soit  au Burkina Faso« , dit Corinne Dufka. Pour elle,  » l’armée essaie de protéger les villages mais elle ne peut pas être partout. La plupart des attaques n’ont pas duré : une heure, une heure et demie parfois moins que cela.« 

A LIRE AUSSI:   Premiers accords européens pour une coalition de forces spéciales au Sahel

Le gouvernement nigérien a pour sa part, annoncé ce mercredi (11.08.2021), la mort de quinze civils tués lundi (09.08.2021), lors d’une attaque dans la zone de Banibangou (ouest), près du Mali, où 33 personnes ont été tuées fin juillet par des djihadistes présumés.

Source: Deutsch Welle Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

La Tunisie arrête 14 fonctionnaires dans une enquête sur la greffe de phosphate

Read Next

Togo : l’une des plus grosses banques publiques vendue à un investisseur burkinabè