Mozambique : de nouvelles attaques et des réfugiés qui affluent de Palma par milliers

Soldiers from the Mozambican army patrol the streets after security in the area was increased, following a two-day attack from suspected islamists in October last year, on March 7, 2018 in Mocimboa da Praia, Mozambique. / AFP PHOTO / ADRIEN BARBIER

De nouveaux affrontements ont eu lieu jeudi dans la ville de Palma, dans le nord-est du Mozambique, trois semaines après une importante attaque jihadiste qui a fait des dizaines de morts et des milliers de déplacés.  

Trois semaines après l’insurrection soutenue par l’organisation État islamique, la situation sécuritaire continue de se dégrader au Mozambique. De nouveaux affrontements ont eu lieu, jeudi 15 avril, dans la ville de Palma, dans le nord-est du pays.

« Il y a eu des tirs, mais la situation est sous contrôle », a déclaré à l’AFP une source militaire. Une source sécuritaire a confirmé les affrontements à Palma, ainsi que des attaques simultanées dans deux localités situées dans un rayon de 200 km. « Ils ont attaqué Mueda, Pundanhar et Palma presque simultanément », a affirmé cette source.

Le 24 mars, des groupes armés qui ont fait allégeance au groupe État islamique (EI) ont semé la terreur dans la ville portuaire de 75 000 habitants située dans la région pauvre mais riche en gaz naturel du Cabo Delgado, à seulement quelques kilomètres d’un méga-projet gazier piloté par le groupe français Total. 

La crainte de nouveaux raids menés par des rebelles galvanisés, qui ont pu se ravitailler en nourriture et en armes à Palma, planait depuis cette attaque considérée comme un tournant depuis le début des violences jihadistes en 2017 dans le Cabo Delgado. Des combattants connus localement sous le nom d’Al-Shabab » (« les jeunes » en arabe) ravagent depuis plus de trois ans la province à majorité musulmane, à la frontière avec la Tanzanie.

Le président mozambicain Filipe Nyusi avait affirmé la semaine dernière que les jihadistes avaient été « chassés » de Palma. Les militaires avaient déclaré avoir tué un nombre « important » de rebelles. Mais dimanche, un habitant qui était retourné chez lui après avoir fui l’attaque, a été retrouvé mort décapité, selon la police locale.

A LIRE AUSSI:   Centrafrique : François Bozizé candidat à la présidence

En rentrant, cet homme avait trouvé une grande quantité de nourriture stockée dans sa maison laissée vide et avait prévenu les autorités, a expliqué aux médias mozambicains un chef de la police locale.

Une situation humanitaire préoccupante

Officiellement, des dizaines de civils, policiers et militaires ont été tués dans le raid contre Palma. Le bilan réel, sans doute plus lourd, n’est pas encore connu.

L’ONG Acled recensait déjà 2 600 morts avant cette dernière attaque, dont la moitié de civils. Quelque 700 000 personnes ont été forcées à quitter leur foyer en raison des violences dans la région, selon l’ONU. 

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé mardi un appel de fonds de 82 millions de dollars afin d’accroître son aide dans le nord du Mozambique. « Alors que la situation sécuritaire continue de se détériorer, plus de 950 000 personnes dans le nord du Mozambique sont maintenant gravement touchées par la faim », avait déclaré un porte-parole de l’agence onusienne, Tomson Phiri, lors d’un point de presse à Genève.

Source: France 24/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Aérien : un troisième CEO pour South African Airways en trois ans

Read Next

Dans le nord du Nigeria, l’éducation en voie de disparition à cause des enlèvements d’élèves