L’ONU et ses partenaires exhortent les dirigeants somaliens en conflit à réduire les tensions

Les Nations Unies et d’autres pays sont en pourparlers avec le Premier ministre et le président somalien pour les exhorter à réduire les tensions dans leur querelle politique qui a alimenté les craintes d’un affrontement militaire, ont annoncé mercredi des responsables.

Un responsable du gouvernement somalien a déclaré que le Premier ministre Mohammed Hussein Roble s’était séparément entretenu avec Molly Phee, secrétaire d’État adjointe américaine aux Affaires africaines, de la situation politique en Somalie, qui est également considérée par les analystes comme détournant le gouvernement de la lutte contre une insurrection islamiste par le groupe al-Shabaab allié à al-Qaïda.

Le bureau de Phee a déclaré sur Twitter mercredi soir qu’elle s’était également entretenue avec le président Mohamed Abdullahi Mohamed, l’exhortant à soutenir Roble pour achever rapidement les élections législatives. Les élections ont commencé le 1er novembre et devaient se terminer le 24 décembre, mais mercredi, seuls 30 des 275 représentants ont été élus, selon la commission électorale.

« Les Nations Unies et les partenaires internationaux sont en contact avec toutes les parties pour exhorter à la désescalade », a déclaré Ari Gaitanis, porte-parole du bureau des Nations Unies en Somalie.

Les pourparlers ont impliqué les partenaires de l’organisme mondial en Somalie, notamment les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Union européenne et d’autres, a déclaré Gaitanis.

Mercredi, le groupe a rencontré séparément le président et un groupe de candidats qui visent à se présenter contre lui lors d’une élection présidentielle.

« Leur objectif lors des deux réunions était d’encourager les dirigeants somaliens à faire passer les intérêts du pays en premier et à se concentrer sur la correction des déficiences électorales », a déclaré Gaitanis.

A LIRE AUSSI:   Centrafrique : l’Onu renouvelle le mandat de la Minusca

Roble s’est entretenu avec Phee sur « la situation politique en Somalie, la sécurité et les élections », a déclaré sur Twitter le porte-parole du gouvernement fédéral somalien Mohamed Ibrahim Moalimuu.

Le président a suspendu lundi le Premier ministre pour corruption présumée, une décision que Roble a qualifiée de tentative de coup d’État et a demandé à toutes les forces de sécurité de prendre les ordres de son bureau.

Mercredi, pour une deuxième journée, les forces de sécurité appartenant à des hommes politiques alliés au Premier ministre ont campé dans une zone proche du palais présidentiel. 

Les habitants de Mogadiscio ont déclaré à Reuters que même si la capitale était calme, ils avaient remarqué une présence plus importante que d’habitude de forces de sécurité appartenant aux alliés politiques de Roble, mais qu’ils s’étaient largement tenus à l’écart des rues.

Source: Reuters Afrique/ Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

L’Éthiopie appauvrie cherche 2,5 milliards de dollars supplémentaires pour se reconstruire après la guerre

Read Next

RDC: la Cour des comptes dénonce les dépassements des budgets des ministères