Libye : la « trêve humanitaire » réclamée par l’ONU acceptée par les forces pro-Haftar

La trêve temporaire réclamée par l’ONU à l’occasion de l’Aïd al-Adha, grande fête musulmane, a été acceptée samedi par les forces du maréchal Khalifa Haftar. Le Gouvernement d’union nationale impose ses conditions.

Les forces du maréchal Khalifa Haftar ont annoncé, samedi 10 août, accepter la trêve temporaire réclamée par les Nations Unies à l’occasion de l’Aïd al-Adha, grande fête musulmane durant quatre jours. Le Gouvernement d’union nationale (GNA) a, lui, indiqué être prêt à respecter cette trêve humanitaire, sous certaines conditions.

Homme fort de l’est libyen, le maréchal Haftar a annoncé « l’arrêt de toutes les opérations militaires dans la banlieue de Tripoli », a déclaré le porte-parole de son autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL), le général Ahmed al-Mesmari, lors d’une conférence de presse à Benghazi, dans l’est du pays.

« La trêve commence aujourd’hui, samedi, à partir de 15h (13h GMT) et durera jusqu’à lundi à 15h également », a-t-il ajouté, précisant que la réponse de l’ANL à toute violation de la trêve serait « immédiate et sévère sur tous les fronts ».

« Quatre conditions »

Dans un communiqué, le GNA a indiqué, quelques heures plus tôt, « accepter une trêve humanitaire pour les jours de fête d’Al-Adha », célébration religieuse qui commence dimanche et se poursuit jusqu’à mardi en Libye.

Le Gouvernement d’union nationale a cependant tout de suite imposé « quatre conditions », réclamant que la trêve concerne « toutes les zones de combats, avec cessation des tirs directs et indirects et de tout mouvement de troupes ».

Celui-ci demande également « l’interdiction des vols et des survols de reconnaissance dans la totalité de l’espace aérien, ainsi que de tout départ d’avion des bases aériennes ».

A LIRE AUSSI:   Les Mara Phones rwandais désormais accessibles au Burkina Faso

Le 4 avril dernier, le maréchal Khalifa Haftar a lancé une offensive pour conquérir Tripoli, siège du GNA, reconnu par l’ONU.

Après plus de quatre mois d’affrontements meurtriers, l’ANL stagne aux abords de la capitale, freinée par les forces loyales au GNA.

Une frappe aérienne contre une ville du sud de la Libye, attribuée par le GNA aux forces pro-Haftar, a tué une quarantaine de civils, le 5 août.

S’inquiétant de l’escalade des combats, Ghassan Salamé, émissaire de l’ONU en Libye et chef de la Mission d’appui de l’ONU en Libye (Manul), avait plusieurs fois appelé à une trêve, sans succès.

Le GNA a alors appelé la Manul à « garantir la mise en œuvre de cette trêve et à relever toute violation ».

Selon un dernier bilan publié vendredi 9 août par l’Organisation mondiale de la santé, les combats aux abords de Tripoli ont fait 1 093 morts et 5 752 blessés depuis le 4 avril ainsi que plus de 120 000 déplacés.

Source: France24/Mis en ligne :Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

En Afrique, les coupures très politiques des réseaux sociaux et Internet

Read Next

Guinée : l’opposant Faya Millimouno bénéficie d’une libération conditionnelle