L’Éthiopie arrête d’anciens responsables gouvernementaux du Tigré, selon un organisme de défense des droits

Les autorités éthiopiennes ont arrêté plusieurs hauts responsables du Tigré, dont des membres de la dernière administration gouvernementale dans la région ravagée par le conflit, a déclaré vendredi le chef de la commission des droits de l’homme nommée par l’Etat.

Daniel Bekele, commissaire en chef de la Commission éthiopienne des droits de l’homme, n’a pas nommé les responsables et a refusé de commenter les raisons des arrestations.

« Nous sommes au courant de l’arrestation d’au moins huit personnes », a-t-il déclaré à Reuters, ajoutant que certains des prisonniers avaient été envoyés dans la région Afar voisine du Tigré.

Le porte-parole du ministre éthiopien de la Justice Gedion Timothewos, le porte-parole de la police fédérale Jeylan Abdi et le porte-parole régional Afar Ahmed Koloyta n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

De telles arrestations seraient très inhabituelles.

Le gouvernement a précédemment cherché à arrêter les dirigeants du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), le groupe qui combat le gouvernement du Premier ministre Abiy Ahmed.

Mais bon nombre des personnes arrêtées travaillaient pour le compte du gouvernement, et parmi elles figurait un membre du parti au pouvoir, a déclaré un avocat travaillant avec les détenus et une source proche des détenus, tous deux demandant à ne pas être nommés par crainte de représailles.

La guerre a éclaté entre le TPLF et le gouvernement central en novembre 2020. L’armée a pris le contrôle de la majeure partie du Tigré en trois semaines et le gouvernement a nommé une administration intérimaire, dans laquelle de nombreux fonctionnaires arrêtés ont servi.

Mais les forces tigréennes ont forcé l’armée à se retirer du Tigré fin juin 2021, laissant sa capitale entre les mains du TPLF. Les combats sont maintenant pour la plupart dans une impasse.

A LIRE AUSSI:   Crise libyenne : Ankara, Doha et Tripoli s’accordent sur la création d’une base navale turque à Misrata

L’avocat et la source ont déclaré que 12 responsables tigréens, un militant et un autre homme ont été arrêtés lors d’une série de raids les 7 et 8 mars. Ils n’ont pas encore été inculpés et les raisons de ces arrestations ne sont pas claires, a déclaré l’avocat.

Parmi les détenus qui ont servi sous le gouvernement fédéral éthiopien figurent Abera Nigus, l’ancien chef du bureau de la justice du Tigré, ont indiqué l’avocat et la source.

Parmi les autres figuraient un membre du Parti de la prospérité au pouvoir d’Abiy, un administrateur de l’une des six zones du Tigré et le directeur adjoint des médias d’État régionaux, ont ajouté l’avocat et la source.

Le gouvernement a déclaré à plusieurs reprises qu’il se battait contre le TPLF et non contre les Tigréens en général. Les groupes d’aide disent que le conflit a déplacé des millions de personnes.

Les Nations Unies ont déclaré qu’au moins 15 000 civils tigréens avaient été arrêtés ou emprisonnés dans toute l’Éthiopie en vertu de l’état d’urgence déclaré en novembre et levé le mois dernier. La police a nié avoir ciblé les Tigréens en raison de leur appartenance ethnique.

Source: Ruters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Pré-dialogue tchadien au Qatar: couac dans la désignation des délégués pour les négociations

Read Next

La transition au Burkina, trop longue selon la Cédéao