Les Nigérians gagnent un tribunal britannique OK pour poursuivre Shell pour des déversements de pétrole

Shell

La Cour suprême du Royaume-Uni a autorisé vendredi un groupe de 42500 agriculteurs et pêcheurs nigérians à poursuivre Royal Dutch Shell (RDS) devant les tribunaux anglais après des années de marées noires dans le delta du Niger qui ont contaminé les terres et les eaux souterraines.Diaporama (2 images)

Des juges chevronnés ont déclaré que Shell, l’une des plus grandes sociétés énergétiques du monde, domiciliée au Royaume-Uni, avait une obligation de diligence en vertu de la common law, dans le dernier cas pour tester si les multinationales peuvent être tenues pour responsables des actes des filiales à l’étranger.

La décision intervient près de deux ans après une décision fondamentale de la Cour suprême dans une affaire impliquant la société minière Vedanta. Le jugement a permis à près de 2000 villageois zambiens de poursuivre Vedanta en Angleterre pour pollution présumée en Afrique.

Cette décision a été considérée comme une victoire pour les communautés rurales cherchant à tenir les sociétés mères responsables des catastrophes environnementales. Vedanta a finalement réglé à l’amiable en janvier.

Les communautés nigérianes d’Ogale et de Bille affirment que leur vie et leur santé ont souffert du fait que des déversements d’hydrocarbures répétés ont contaminé les terres, les marais, les eaux souterraines et les cours d’eau et qu’il n’y a pas eu de nettoyage ou d’assainissement adéquat.

Représentés par le cabinet d’avocats Leigh Day, ils ont fait valoir que Shell leur était redevable d’une obligation de diligence parce qu’elle exerçait un contrôle important sur sa filiale SPDC et en était responsable. Shell a répliqué que le tribunal n’était pas compétent pour juger les demandes.

A LIRE AUSSI:   CAN-2019 : le Nigeria renverse le Cameroun et file en quarts

«(La décision) représente également un tournant décisif dans la responsabilité des entreprises multinationales. Les communautés de plus en plus pauvres cherchent à demander des comptes aux puissants acteurs de l’entreprise et ce jugement augmentera considérablement leur capacité à le faire », a déclaré Daniel Leader, associé chez Leigh Day.

SPDC est l’exploitant d’oléoducs dans une joint-venture entre la Nigerian National Petroleum Corporation qui détient une participation de 55%, Shell qui en détient 30%, le Français Total avec 10%, l’Italien Eni avec 5%.

Un porte-parole de Shell a déclaré que la décision était décevante.

«Quelle que soit la cause d’un déversement, SPDC nettoie et corrige. Il travaille également dur pour empêcher ces déversements de sabotage, en utilisant la technologie, en augmentant la surveillance et en promouvant des moyens de subsistance alternatifs pour ceux qui pourraient endommager les tuyaux et l’équipement », a déclaré Shell.

Shell a blâmé le sabotage pour les déversements d’hydrocarbures. Il a déclaré dans son rapport annuel publié en mars dernier que SPDC, qui produit environ 1 million de barils de pétrole par jour, a vu les déversements de pétrole brut causés par le vol ou le sabotage des pipelines augmenter de 41% en 2019.

Le PDG de Shell, Ben van Beurden, a déclaré la semaine dernière que la société allait «réexaminer ses opérations pétrolières à terre» dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

La décision est le deuxième jugement contre Shell cette année concernant des réclamations contre ses opérations nigérianes. Dans une décision historique néerlandaise il y a deux semaines, une cour d’appel a tenu Shell responsable de plusieurs fuites d’oléoducs dans le delta du Niger et lui a ordonné de payer des dommages-intérêts non spécifiés aux agriculteurs, dans une victoire pour les écologistes.

A LIRE AUSSI:   Sénégal : décès d’Ousmane Tanor Dieng, secrétaire général du PS

Leigh Day a déclaré que le montant de l’indemnisation demandée serait quantifié à mesure que l’affaire entre dans la phase du procès.

En 2015, Shell a accepté de verser 55 millions de livres (83,4 millions de dollars) à la communauté de Bodo au Nigéria en compensation de deux déversements d’hydrocarbures, ce qui était le plus grand règlement à l’amiable jamais lié aux déversements d’hydrocarbures au Nigéria.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Centrafrique : l’aide humanitaire arrive au compte-gouttes à Bangui

Read Next

Covid-19 : « Parler de variant sud-africain est inapproprié et stigmatisant »