Les États-Unis imposent des sanctions sur les exportations illicites d’or du Congo

Les Etats-Unis ont imposé jeudi des sanctions à l’homme d’affaires belge Alain Goetz et à un réseau d’entreprises qui lui sont liées qu’ils accusent d’être impliqués dans le mouvement illicite d’or en provenance de la République démocratique du Congo.

Le département du Trésor américain, dans un communiqué, a déclaré que parmi les cibles figuraient la raffinerie d’or africaine en Ouganda, que Goetz exploite, et plusieurs autres sociétés qu’il possède ou contrôle. Il a accusé Goetz et les entreprises d’être impliqués dans des exportations illégales d’or évaluées à des centaines de millions de dollars par an.

Dans un communiqué, Goetz a déclaré que son inscription sur la liste des sanctions américaines « semble être basée sur la désinformation ». Il a dit qu’il n’était pas allé au Congo depuis plus de 20 ans et qu’il n’avait gardé aucun contact actif au Congo.

Goetz a déclaré qu’on lui avait demandé de mettre en place la première raffinerie d’or d’Afrique de l’Est en 2014, ajoutant que « rien ne m’a rendu plus fier que de voir l’impact qu’African Gold Refinery a eu sur l’industrie aurifère dans la région des Grands Lacs ».

Le Trésor a déclaré qu’un réseau de groupes armés, de contrebandiers et d’entreprises génère des revenus illicites de l’industrie de l’or par le travail forcé, la contrebande ou d’autres moyens. Il a déclaré que le mouvement illicite de l’or fournit des revenus aux groupes armés qui menacent la paix et la sécurité au Congo.

« L’or du conflit fournit la plus grande source de revenus aux groupes armés dans l’est de la RDC où ils contrôlent les mines et exploitent les mineurs », a déclaré le sous-secrétaire au Trésor chargé du terrorisme et du renseignement financier, Brian Nelson, dans le communiqué.

A LIRE AUSSI:   La BAD élue meilleure institution financière multilatérale du monde pour 2021

« Alain Goetz et son réseau ont contribué au conflit armé en recevant de l’or de la RDC sans remettre en cause son origine. »

Le Trésor a déclaré que le réseau de Goetz s’approvisionne en or au Congo, au Kenya, au Soudan du Sud et en Tanzanie.

Goetz a déclaré que le Bureau du Trésor pour le contrôle des avoirs étrangers (OFAC) n’avait présenté aucune preuve documentée pour étayer leurs affirmations, et qu’il était convaincu que cette « erreur » serait rapidement rectifiée.

Le gouvernement ougandais n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Parmi les autres personnes désignées jeudi qui, selon le Trésor, étaient détenues ou contrôlées par Goetz, citons Agor DMCC, basée aux Émirats arabes unis, et Goetz Gold LLC, basée aux Émirats arabes unis.

Agor n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Goetz Gold LLC et l’African Gold Refinery n’ont pas pu être contactés dans l’immédiat pour commenter.

Le Trésor a déclaré que depuis 2016, l’African Gold Refinery, considérée comme l’une des plus grandes raffineries d’or d’Afrique, s’approvisionne en or illicite dans des régions du Congo contrôlées par des groupes armés, notamment les milices Mai-Mai Yakutumba et Raia Mutomboki.

La décision de jeudi gèle tous les avoirs américains des personnes désignées et empêche généralement les Américains de traiter avec eux.

« Cette action forte des États-Unis enverra des ondes de choc dans toute la chaîne d’approvisionnement mondiale en or », a déclaré Sasha Lezhnev, consultante en politique à l’organisation non gouvernementale The Sentry.

« Fermer les yeux sur l’or des conflits a désormais un lourd tribut. »

A LIRE AUSSI:   Mines : Ces dossiers chauds en Afrique du nouveau patron de Glencore

Source:Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Un ancien militaire algérien, recherché par son pays, arrêté en Espagne

Read Next

Fibre optique : le Togo, premier point de chute du câble Equiano de Google