Les autorités congolaises disent que la survivante d’Ebola tombe malade une deuxième fois

un agent de santé qui vaccine un enfant contre ebola

Un survivant d’Ebola est tombé malade de la maladie pour la deuxième fois dans l’est du Congo, ont déclaré dimanche les autorités sanitaires congolaises, affirmant qu’il n’était pas encore clair s’il s’agissait d’un cas de rechute ou de réinfection.

L’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo a infecté plus de 3 300 personnes et tué plus de 2 200 depuis le milieu de l’année dernière, ce qui en fait la deuxième pire année jamais enregistrée.

Les experts affirment qu’il existe une hypothèse de travail selon laquelle les survivants d’Ebola sont généralement immunisés contre la maladie. Aucun cas de réinfection n’a été documenté, mais certains chercheurs considèrent qu’il s’agit au moins d’une possibilité théorique, tandis que la récurrence d’une infection antérieure est considérée comme extrêmement rare.

Dans un rapport quotidien sur l’épidémie, les autorités sanitaires congolaises ont rapporté qu’un survivant à Mabalako, province du Nord-Kivu, était à nouveau tombé malade du virus, mais n’a pas donné plus de détails.

Des représentants de l’Organisation mondiale de la santé et de l’Institut national de recherche biomédicale du Congo (INRB) ont déclaré que des tests étaient en cours pour déterminer ce qui s’était passé.

« Cliniquement, nous vérifierons s’il s’agit d’une réinfection pour savoir s’il s’agit du même virus et si la personne a été infectée par une autre source », a déclaré à Reuters Ahuka Steve Mundeke, virologue à l’INRB.

«Nous avons eu des cas où le virus persiste dans les réservoirs immunitaires», a déclaré Margaret Harris, porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). «Dans de rares cas, le virus peut à nouveau provoquer des symptômes. Nous enquêtons maintenant pour voir si c’est ce qui s’est passé. »

A LIRE AUSSI:   La RDC aux prises avec les enjeux diplomatiques

Une survivante travaillant dans un centre de traitement Ebola est tombée malade à nouveau avec le virus et est décédée en juillet, mais il n’a pas été déterminé si elle a rechuté, a été réinfectée ou a eu un faux positif la première fois qu’elle était malade.

Les progrès dans la maîtrise de la maladie ont été entravés au cours du dernier mois par une flambée de violence qui a forcé les groupes humanitaires à suspendre leurs opérations et à retirer du personnel des derniers points chauds de l’épidémie.

Médecins Sans Frontières (Médecins Sans Frontières) a déclaré avoir retiré leur personnel de la région de Biakoto dans la province d’Ituri le 4 décembre après deux nouvelles attaques contre leurs centres de santé par des groupes de personnes armées de bâtons et de machettes.

« MSF ne peut pas travailler si la sécurité de notre personnel et de nos patients n’est pas assurée », a déclaré le groupe humanitaire dans un communiqué.

Les combattants de la milice maï maï et les résidents locaux ont attaqué les établissements de santé à plusieurs reprises depuis le début de l’épidémie, parfois parce qu’ils pensent qu’Ebola n’existe pas, dans d’autres cas en raison du ressentiment qu’ils n’ont pas bénéficié de l’afflux de fonds des donateurs.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-tshiess Makaya-exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Tchad: les éleveurs demandent la réouverture de la frontière centrafricaine

Read Next

Mauritanie : passe d’armes entre frères présidents