L’envoyé spécial des États-Unis pour la Corne de l’Afrique va bientôt quitter ses fonctions – sources

 L’envoyé spécial américain pour la Corne de l’Afrique, David Satterfield, quittera ses fonctions avant l’été, ont indiqué mardi des sources proches du dossier, après moins de six mois de travail et dans un contexte de crise persistante. troubles politiques dans la région.

L’envoyé spécial adjoint Payton Knopf assumera le poste à titre intérimaire, ont indiqué des sources, ajoutant que le départ de Satterfield n’était pas imminent.

Auparavant, le département d’État avait annoncé que Satterfield et Knopf devaient arriver en Éthiopie mercredi, pour des réunions avec des responsables du gouvernement éthiopien, des représentants d’organisations humanitaires et des partenaires diplomatiques.

Le département d’État n’a fait aucun commentaire officiel lorsqu’il a été interrogé sur le départ de Satterfield.

La nouvelle du départ prévu de Satterfield, rapportée pour la première fois par le magazine Foreign Policy, survient à un moment de multiples crises dans la région.

Un conflit qui dure depuis plus d’un an en Éthiopie a suscité des accusations d’atrocités des deux côtés, tandis que le Soudan est en proie à des troubles économiques et politiques à la suite d’un coup d’État en octobre.

Le changement fréquent de personnel soulève également des questions sur l’engagement de l’administration Biden dans la région, en particulier à un moment où elle est aux prises avec des crises urgentes de politique étrangère ailleurs, principalement l’invasion russe de l’Ukraine.

La région reste une « priorité absolue » pour l’administration, a déclaré un haut responsable du département d’Etat, sans donner plus de détails.

Satterfield, un diplomate de longue date avec des décennies d’expérience, avait remplacé Jeffrey Feltman, un autre diplomate américain vétéran qui avait démissionné à la fin de l’année dernière après environ neuf mois de travail. Feltman continue de servir à titre consultatif.

A LIRE AUSSI:   Sahel : Macron annonce la fin de l’opération Barkhane sous sa forme actuelle

La semaine dernière, deux principaux groupes de défense des droits de l’homme ont accusé les forces armées de la région éthiopienne d’Amhara de mener une campagne de nettoyage ethnique contre les Tigréens pendant une guerre qui a tué des milliers de civils et déplacé plus d’un million de personnes.

Amnesty International et Human Rights Watch (HRW) ont déclaré dans un rapport conjoint que les abus commis par des responsables amhara et des forces spéciales et milices régionales lors des combats dans l’ouest du Tigré constituaient des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. Ils ont également accusé l’armée éthiopienne de complicité dans ces actes.

Le gouvernement éthiopien a déclaré la semaine dernière dans un communiqué qu’il s’engageait à faire en sorte que tous les responsables de violations des droits humains et du droit humanitaire répondent de leurs actes.

Le porte-parole du gouvernement d’Amhara, Gizachew Muluneh, a déclaré à Reuters la semaine dernière que les allégations d’abus et de nettoyage ethnique dans l’ouest du Tigré étaient des « mensonges » et des nouvelles « fabriquées ».

La semaine dernière, les États-Unis ont exprimé leur inquiétude face aux informations faisant état d’atrocités à motivation ethnique dans le Tigré et ont appelé à la fin des détentions illégales fondées sur l’appartenance ethnique.

Au Soudan, la prise de contrôle militaire a fait dérailler une transition qui avait fait naître l’espoir de mettre fin à des décennies d’autocratie, de conflit civil et d’isolement économique après le renversement de l’ancien président Omar el-Béchir lors d’un soulèvement en 2019.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

A LIRE AUSSI:   Coup d'Etat manqué au Bénin : Qui en veut à Patrice Talon ?

Tribune d'Afrique

Read Previous

Au Mali, Amnesty déplore la lenteur de la justice sur les crimes visant des civils

Read Next

Le Zimbabwe s’engage contre l’extrémisme violent aux côtés du Mozambique