Le Zimbabwe traduit en justice un pigiste du New York Times

Un journaliste indépendant travaillant pour le New York Times au Zimbabwe comparaîtra devant le tribunal mercredi, ont déclaré son avocat et le journal, dans une affaire qui, selon les critiques, illustre la nature autoritaire du gouvernement du président Emmerson Mnangagwa.

Jeffrey Moyo, un Zimbabwéen de 37 ans, a passé trois semaines en prison l’année dernière, accusé d’avoir obtenu de faux documents d’accréditation pour deux des journalistes du journal américain en visite.

Le New York Times a déclaré que les accusations étaient sans fondement et qu’un responsable de la Commission des médias du Zimbabwe lui avait délivré des papiers pour Christina Goldbaum et Joao Silva. Ils ont été expulsés.

« Ce fut une expérience désagréable, dormir sur le sol en béton et n’avoir aucun contact avec ma famille », a déclaré Moyo à Reuters. « C’était terrible, mais je suis optimiste que les choses iront bien. »

Les responsables n’étaient pas disponibles dans l’immédiat pour commenter le procès qui devait se dérouler devant un tribunal de Bulawayo, la deuxième plus grande ville du Zimbabwe. Mais un porte-parole a accusé l’année dernière Moyo d’avoir versé un pot-de-vin pour enfreindre les lois sur l’immigration.

Le gouvernement de Mnangagwa, qui a remplacé l’autocrate de longue date Robert Mugabe lors d’un coup d’État en 2017, entretient des relations difficiles avec les médias non étatiques. Un autre journaliste éminent, Hopewell Chin’ono , qui critique le gouvernement, a été arrêté à trois reprises.

« L’Etat a un dossier très faible (…) Jeffrey pensait avoir affaire à un responsable de bonne foi de la Commission des médias du Zimbabwe », a déclaré à Reuters l’avocat de Moyo, Doug Coltart.

A LIRE AUSSI:   Darfour: le HCR alerte des conséquences des derniers combats sur la population

Moyo avait également travaillé pour l’association caritative Thomson Reuters Foundation.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Somalie : plusieurs morts dans un attentat à la voiture piégée à Mogadiscio

Read Next

Le directeur général de l’OMS dénonce le blocus par l’Ethiopie de la région du Tigré, « épouvantable et inimaginable à notre époque »