Le variant Delta inquiète en Afrique

L’Afrique doit faire face à une troisième vague plus intense en raison de la présence du variant Delta de la COVID-19. Un déploiement lent des vaccins et la propagation rapide de ce variant constitue une combinaison mortelle dans certains pays sur le continent.

Delta est une forme très contagieuse du virus. Ce variant identifié pour la première fois en Inde a été signalé dans au moins 16 pays en Afrique, dont neuf connaissent une recrudescence des cas de contamination.

Delta domine en Afrique du sud

L’accès aux vaccins reste toujours compliqué alors que les cas augmentent avec le variant Delta.
L’accès aux vaccins reste toujours compliqué alors que les cas augmentent avec le variant Delta.

Le variant Delta domine par exemple en Afrique du Sud qui a « enregistré plus de la moitié des cas sur le continent ». Ou encore en RDC « où il représente 84% des cas en circulation » selon le professeur Jean-Jacques Muyembe qui dirige la riposte contre la Covid-19 dans le pays.

Face à cette situation, le Kenya, la Namibie et d’autres pays appliquent des restrictions dans les zones à risque. Et cela inquiète au plus haut niveau.

« Le variant Delta est en train de se propager de manière très agressive, et son taux de transmission est de 40 % plus élevé que celui des autres variants. C’est ça qui est affligeant. Et ce n’est pas seulement au Kenya. Nous observons cela également en Zambie où nos équipes interviennent … Nous avons des équipes dans plusieurs pays sur le continent pour les appuyer. La situation est alarmante à travers tout le continent« , s’est inquiété John Nkengasong, le directeur du Centre de contrôle et de prévention des maladies en Afrique (Africa CDC).

A LIRE AUSSI:   TOGO : Agbéyomé Kodjo, les dessous d’un martyre sans fin

Mise en garde l’OMS

Récemment, le Bureau régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique a mis en garde contre l’augmentation du nombre de cas de Covid-19.

Vacciné, guéri ou testé négatif au Covid-19, il faudra montrer patte blanche pour franchir les frontières européennes, en utilisant le nouveau pass sanitaire.

Vacciné, guéri ou testé négatif au Covid-19, il faudra montrer patte blanche pour franchir les frontières européennes, en utilisant le nouveau « pass sanitaire ».

Durant la période allant de fin mai au 27 juin, les cas qui ont augmenté pour atteindre plus de 200.000.

« Nous avons besoin de faire trois choses. Nous avons besoin de faire de la prévention, de la surveillance et nous avons besoin des traitements… Il faut une stratégie commune. Nous sommes sans doute actuellement face à une sérieuse troisième vague et je continue d’appeler à un partenariat pour aider les Etats à combattre cette troisième vague qui est très brutale », a estimé John Nkengasong pour qui, il est primordial d’agir pour inverser cette tendance.

Alors que l’Afrique fait face à la troisième vague de Covid-19, l’accès aux vaccins reste toujours un casse-tête pour le continent. Pour John Nkengasong, si l’Afrique ne parvient pas à immuniser la population à temps faute de vaccin, le continent continuera à avoir des difficultés à maîtriser la pandémie.

Source : Deutsche Welle Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Eswatini : l’ONU « profondément préoccupée » par la violente répression

Read Next

Restitution d’objets spoliés en Afrique : la Belgique dévoile sa méthode