Le projet de GNL de TotalEnergies Mozambique pourrait reprendre d’ici 18 mois, selon la BAD

 Le projet de gaz naturel liquéfié (GNL) de TotalEnergies (TTEF.PA) au Mozambique pourrait être remis sur les rails dans les 18 prochains mois après le déploiement d’armées africaines pour aider à réprimer une insurrection, a déclaré le président de l’African Development Bank (BAD) a déclaré vendredi.

Le géant français de l’énergie a déclaré la force majeure sur le projet de 20 milliards de dollars en avril après que des combattants liés à l’État islamique ont envahi la ville de Palma, à la porte de ses installations dans la province septentrionale de Cabo Delgado. Il a estimé à l’époque que la perturbation retarderait le développement d’au moins un an. 

Des troupes du Rwanda et des États membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) se sont depuis déployées pour soutenir les forces mozambicaines afin d’aider à réprimer l’insurrection.

Le président de la BAD, Akinwumi Adesina, a déclaré à Reuters qu’il ne s’attendait pas à ce que l’interruption affecte la viabilité à long terme du projet de GNL.

« Le retour de la sécurité à cet endroit donnera l’assurance à Total et à d’autres de revenir », a-t-il déclaré. « Dans un an à 18 mois, je pense qu’il sera suffisamment stabilisé pour se remettre sur les rails. »

TotalEnergies n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire sur les propos d’Adesina.

La BAD prête 400 millions de dollars au projet, qui est le plus important investissement étranger direct jamais réalisé en Afrique et un pilier de la stratégie de développement économique du Mozambique.

« Cela nous a vraiment inquiétés lorsque Total a déclaré la force majeure et qu’ils ont dû déménager. Mais vous pouvez comprendre à cause de la situation d’insécurité », a déclaré Adesina.

A LIRE AUSSI:   Fonds vert pour le climat : enfin plus utile à l'Afrique !

Les pays d’Afrique australe ont accepté en juin d’envoyer des troupes pour aider le Mozambique, et le Rwanda, qui n’est pas membre de la SADC, a déployé 1 000 soldats un mois plus tard. Lire la suite

Le président mozambicain Filipe Nyusi a déclaré que l’armée regagnait désormais du terrain à Cabo Delgado. Le mois dernier, les forces de sécurité mozambicaines et rwandaises ont repris la ville portuaire de Mocimboa da Praia, auparavant un bastion des insurgés. Lire la suite

Mais Adesina a déclaré que l’insécurité restreignait toujours les investissements dans d’autres régions d’Afrique, pointant du doigt les zones de conflit au Tchad, au Mali, au Burkina Faso, au nord du Nigeria et au Cameroun.

Il a déclaré que la BAD développait des facilités, y compris des obligations d’investissement indexées sur la sécurité, pour aider les pays africains à lutter contre l’insécurité et à se reconstruire après les troubles.

« Sans sécurité, vous ne pouvez pas avoir d’investissement et vous ne pouvez pas avoir de développement », a-t-il déclaré.

Source: Reuters Afrique/ Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

BioNTech envisage la production de vaccins contre le paludisme et la tuberculose au Rwanda et au Sénégal

Read Next

Sénégal : Hissène Habré enterré en l’absence de représentants officiels