Le président ougandais cherche à stimuler le commerce et à limiter les emprunts

 L’Ouganda souhaite limiter ses emprunts et stimuler ses exportations dans des secteurs tels que la viande et les produits laitiers alors que le pays d’Afrique de l’Est lève les restrictions déclenchées par la pandémie de coronavirus, ont déclaré à Reuters le président Yoweri Museveni et des responsables gouvernementaux.

La poussée commerciale de l’Ouganda fait suite à plusieurs années de réduction des prêts chinois au continent et alors que les programmes conçus pour offrir un soulagement aux pays endettés alors qu’ils se remettent des crises induites par le COVID 19 commencent à expirer.

« L’Ouganda peut faire beaucoup mieux sans emprunter à mon avis. Surtout emprunter pour … un soutien budgétaire, un soutien à la balance des paiements », a déclaré Museveni, s’adressant à Reuters dans une tente de sa ferme privée alors qu’un grand troupeau de ses vaches Acholi passait devant. .

Museveni a déclaré qu’il souhaitait développer le commerce de la viande, du cuir et des produits laitiers du pays et ajouter de la valeur à d’autres exportations agricoles telles que le café, qui a longtemps été l’une des principales sources de devises étrangères de l’Ouganda.

« Nous n’importons pas de lait, nous n’importons pas de bœuf, nous avons maintenant construit une industrie du cuir pour les chaussures », a déclaré Museveni, utilisant un bâton pour pousser doucement la tête d’une vache curieuse qui jette un coup d’œil à l’intérieur de la tente.

En 2009, l’Ouganda produisait près de 700 millions de litres de lait et il n’y avait qu’une seule autre grande entreprise laitière en dehors de l’entreprise publique Dairy Corporation.

A LIRE AUSSI:   L'Ouganda attend les résultats de la présidentielle, Bobi Wine assure avoir "largement gagné"

Aujourd’hui, grâce à l’amélioration des aliments pour animaux, à la formation et à l’investissement dans 14 entreprises laitières privées, l’Autorité ougandaise de développement laitier affirme que le pays a produit 2,81 milliards de litres l’année dernière.

Odrek Rwabwogo, gendre de Museveni, homme d’affaires et conseiller présidentiel principal, a déclaré que l’Ouganda « ne consomme qu’environ 800 millions de litres et cherche des marchés pour l’excédent ».

Le président ougandais Yoweri Museveni s'exprime lors d'une interview de Reuters au National Leadership Institute (NALI) dans le district de Kyankwanzi, en Ouganda, le 4 décembre 2021. REUTERS/Abubaker Lubowa
Le président ougandais Yoweri Museveni s’exprime lors d’une interview de Reuters au National Leadership Institute (NALI) dans le district de Kyankwanzi, en Ouganda, le 4 décembre 2021. REUTERS/Abubaker Lubowa

ANNULATION DE DETTE

Museveni veut développer le commerce régional, mais de nombreux obstacles subsistent malgré l’existence d’un accord de libre-échange dans la région.

L’Ouganda vendait autrefois beaucoup de lait au Kenya voisin, mais le Kenya a limité ses ventes en 2019 et les exportations de lait de l’Ouganda représentent désormais 50 % de ce qu’elles étaient avant les restrictions.

L’Ouganda affirme que les restrictions ont été imposées en raison de préoccupations concernant les importations bon marché malgré le traité de libre-échange régional. Les responsables commerciaux kenyans n’ont pas retourné les appels demandant des commentaires.

L’Ouganda a également récemment commencé à exporter de la viande vers la République démocratique du Congo et la Chine, a déclaré Rwabwogo, et souhaite s’associer à l’Union européenne, à la Grande-Bretagne ou à d’autres importateurs potentiels pour garantir le respect des normes de qualité à l’importation.

Museveni a réitéré qu’il aimerait que les riches créanciers annulent les dettes des pays africains qui se remettent des retombées économiques de la pandémie.

« Je ne pense pas que ce soit du bon christianisme ou même de la bonne économie d’appauvrir votre client. L’économie et la moralité vont dans le sens de l’annulation de la dette », a-t-il déclaré.

A LIRE AUSSI:   Ouganda : Yoweri Museveni réélu pour un sixième mandat ; son principal adversaire dénonce des fraudes

La dette publique totale de l’Ouganda a bondi de 27,4% à 19,5 milliards de dollars en juin 2021, contre 15,3 milliards de dollars un an auparavant, la plupart pour construire de grands projets d’infrastructure, a déclaré le porte-parole du ministère des Finances, Apollo Munghinda. Environ 12,4 milliards de dollars de cette somme sont de la dette extérieure.

En juin 2021, la dette publique ougandaise s’élevait à 47 % du produit intérieur brut (PIB), contre 41 % un an plus tôt, et devrait atteindre 53 % du PIB en juin 2022.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Plus de 300 migrants secourus au large des îles Canaries en Espagne

Read Next

La Libye à la recherche d’une nouvelle Constitution