Le président nigérian s’engage à empêcher la répétition des manifestations contre les brutalités policières

Muhammad Buhari

Le président nigérian fera ce qu’il faut pour empêcher la répétition des manifestations contre la brutalité policière le mois dernier qui ont conduit à des troubles au cours desquels des dizaines de manifestants et de policiers ont été tués et plus de 200 bâtiments incendiés, a déclaré le ministre de la police.

Les manifestations contre une force de police d’élite, la Special Anti-Robbery Squad, ou SRAS, ont conduit le mois dernier aux pires troubles civils au Nigéria depuis le retour au régime civil en 1999.

Des milliers de Nigérians sont descendus dans la rue sous le slogan «ENDSars» pour protester contre la force, que les manifestants accusent de meurtres, de torture et d’extorsion.

Bien que les manifestations aient été initialement pacifiques, des manifestants dans un quartier huppé de Lagos ont été abattus le 20 octobre par des hommes qui, selon des témoins, étaient des soldats. Le groupe de défense des droits Amnesty International a déclaré que 12 manifestants avaient été tués. L’armée a nié toute implication.

Au cours des jours de troubles qui ont suivi, la police a déclaré que 22 de ses membres avaient été tués et 205 bâtiments, y compris des postes de police, avaient été endommagés.

« Monsieur le Président a assuré aux Nigérians qu’il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour que la répétition des manifestations ‘ENDSars’ ne se reproduise plus au Nigéria », a déclaré mardi le ministre de la Police Muhammad Dingyadi aux journalistes après une réunion des responsables de la sécurité et du président Muhammadu Buhari dans la capitale. , Abuja.

«Ce que nous disons, c’est que le gouvernement continuera à dialoguer, il continuera à écouter et continuera à entraîner toutes les parties prenantes pour s’assurer qu’il n’y aura pas de répétition de ce qui s’est passé qui a détruit de nombreuses propriétés», a déclaré Dingyadi lorsqu’on lui a demandé plus. détails sur les commentaires de Buhari.

A LIRE AUSSI:   TOGO/FORUM UE : Les dessous d’une diplomatie des grands événements

Buhari, un dirigeant militaire dans les années 1980 avant d’être élu président en 2015, avait précédemment déclaré que son administration avait accepté de mettre en œuvre les réformes policières recherchées par les manifestants.

L’unité du SRAS a été officiellement dissoute à la suite des manifestations, mais les critiques de Buhari disent qu’elle a simplement été renommée.

Source : Reuters Afrique/Mis en ligne : Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

« Partagez avec nos frères et sœurs de la RDC » : l’étrange vidéo du milliardaire Dan Gertler

Read Next

La Russie confirme la construction d’une base navale au Soudan