Le Premier ministre libyen dit qu’il défiera la décision du Parlement de le remplacer

Le Premier ministre libyen par intérim, Abdulhamid al-Dbeibah, a déclaré qu’il défierait un vote prévu au Parlement pour le remplacer jeudi, évoquant la perspective de deux gouvernements rivaux fonctionnant en parallèle.

Dbeibah a déclaré à plusieurs reprises que le gouvernement de transition d’unité nationale (GNU) qu’il dirige reste valide malgré l’échec en décembre d’un processus électoral prévu, et a rejeté les tentatives du parlement d’en prendre le contrôle.

« Je n’autoriserai pas de nouvelles périodes de transition. Nous n’abandonnerons pas notre rôle au sein du gouvernement que nous avons promis au peuple jusqu’à ce que les élections soient réalisées », a déclaré Dbeibah dans un discours mardi.

L’enjeu est un processus de paix soutenu par l’ONU, y compris un cessez-le-feu en vigueur depuis l’été 2020, les forces armées rivales se mobilisant à Tripoli ces dernières semaines.

Le parlement, qui a été élu en 2014 et s’est principalement rangé du côté des forces de l’Est pendant la guerre civile, a qualifié le GNU d’invalide et a adopté lundi une nouvelle feuille de route comprenant un nouveau gouvernement intérimaire avant les élections de l’année prochaine.

Le conseiller de l’ONU pour la Libye et les puissances occidentales ont déclaré qu’ils reconnaissaient toujours le GNU et ont exhorté les factions et les institutions politiques concurrentes de la Libye à donner la priorité à des élections anticipées plutôt qu’à une nouvelle période de transition.

La Libye a connu peu de paix ou de stabilité depuis le soulèvement soutenu par l’OTAN contre Mouammar Kadhafi en 2011 et a été divisée après 2014 entre des camps belligérants à l’est et à l’ouest, chacun avec son propre gouvernement.

A LIRE AUSSI:   Procès de l’assassinat de Sankara: la déposition de l'ex-président ghanéen Jerry Rawlings

Dbeibah a été nommé Premier ministre dans le cadre d’un processus de paix soutenu par l’ONU, étant entendu que son gouvernement superviserait la préparation des élections présidentielles et législatives de décembre, ce qui créerait une administration plus durable.

Cependant, il a renié une promesse faite lors de sa nomination au poste de Premier ministre de ne pas se présenter aux élections de décembre et sa candidature a été l’une des principales controverses qui ont finalement fait échouer le processus.

Dbeibah a déclaré mardi qu’il avait entamé des consultations pour lancer un nouveau processus électoral en juin.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Af’Sud : vers l’imposition de quotas d’emploi pour les étrangers

Read Next

L’OMS exhorte les pays riches à verser 16 milliards de dollars pour la lutte contre le Covid