Le PIB de l’Afrique subsaharienne se contractera de 3,1% cette année

Chariot d’un supermarché

L’économie de l’Afrique subsaharienne se contractera cette année après que les fermetures aient perturbé l’activité et que les cas quotidiens de coronavirus continuent d’augmenter dans la région, mais une reprise est attendue l’année prochaine, selon un sondage Reuters publié vendredi.

Après des mois de verrouillages qui ont ralenti l’activité économique, un sondage Reuters effectué la semaine dernière a suggéré que la région se contracterait de 3,1% cette année mais rebondirait à environ 3,5% de croissance en 2021.

Certains pays ont commencé à assouplir les restrictions, mais les cas de virus continuent d’augmenter, contrairement à de nombreux pays développés qui ont commencé à montrer des signes de reprise, de sorte que l’incertitude signifiait que la fourchette des prévisions pour l’année prochaine était large – entre la stagnation et une croissance de 4,8%.

L’Afrique du Sud a signalé le plus de cas en Afrique, reflétant en partie des tests plus répandus, et il est plus difficile de mesurer l’étendue des flambées ailleurs, bien qu’il n’y ait aucun signe de baisse des chiffres.

«Les révisions à la baisse de la croissance dominent dans une région où les coussins extérieurs et budgétaires étaient déjà considérablement érodés. L’impact du COVID-19 réduira encore plus la croissance », a écrit Standard Chartered dans une note.

Le Nigéria, la plus grande économie d’Afrique, devrait se contracter de 3,7% cette année, mais rebondir à une croissance de 2,0% l’année prochaine.

L’Afrique du Sud, son homologue continentale, devrait croître de 3,5% l’année prochaine après une contraction de 8,0% cette année, selon un sondage Reuters la semaine dernière. 

A LIRE AUSSI:   Les économies de l'Afrique subsaharienne durement frappées par le coronavirus

Cependant, le Ghana, l’un des exportateurs de pétrole du continent, devrait encore croître, augmentant de 1,9% cette année et de 4,2% en 2021.

«Malgré les risques de baisse évidents liés à la baisse des prix du pétrole et aux vents contraires du COVID-19, nous pensons que le Ghana a des perspectives de croissance décentes et des mesures du secteur extérieur raisonnablement confortables par rapport aux autres exportateurs de pétrole africains», a déclaré Michael Kafe, économiste chez Barclays.

«Les retombées du COVID-19 et le verrouillage associé signifient que la croissance du PIB sera probablement faible cette année. Cependant, contrairement à d’autres exportateurs de pétrole africains tels que l’Angola, le Gabon et le Nigéria, où la croissance du PIB devrait se contracter cette année, nous nous attendons à ce que le Ghana affiche une croissance positive du PIB. »

Le Kenya – la plus grande économie d’Afrique de l’Est – devrait avoir des performances médiocres cette année sans croissance, un résultat médiocre ayant enregistré une croissance annuelle moyenne d’environ 6% au cours de la dernière décennie.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Un deuxième charnier de soldats exécutés sous le régime d’Omar el-Béchir découvert au Soudan

Read Next

Franc CFA : au Sénat français, des interrogations sur la fin des « irritants »