Le parlement libyen débat de la prochaine décision dans un chaos électoral

Le parlement libyen basé dans l’est s’est réuni lundi pour discuter de la conduite à tenir face à une élection présidentielle qui a été reportée la semaine dernière, mettant en doute le sort du gouvernement intérimaire et un processus de paix plus large.

Le vote s’est effondré après l’échec des factions rivales, des entités politiques et des candidats à se mettre d’accord sur les règles électorales de base, y compris qui devrait être éligible pour se présenter et comment les différends devraient être réglés.

La commission électorale a initialement disqualifié 25 des 98 candidats qui s’étaient inscrits mais n’a pas été en mesure de se mettre d’accord sur une liste définitive avec la justice et le parlement au milieu d’une procédure d’appel compliquée.

Le porte-parole du Parlement, Abdullah Belihaq, a déclaré que la chambre discuterait du processus électoral et des moyens de le soutenir.

Une commission électorale mise en place par le parlement a recommandé la mise en place d’un nouveau gouvernement avant toute nouvelle date de scrutin, selon un rapport publié sur Twitter par le porte-parole parlementaire.

Il n’a pas fixé de nouvelle date pour les élections mais a exhorté le législateur à établir une nouvelle feuille de route vers les élections.

La conseillère spéciale de l’ONU, Stephanie Williams, a déclaré dans un tweet que les Libyens espéraient que le Parlement aborderait les questions relatives à la législation électorale et aux recours judiciaires.

La commission électorale a proposé la semaine dernière une nouvelle date pour les élections du 24 janvier, mais le parlement pourrait envisager un délai plus long pour s’attaquer à certains des problèmes qui ont empêché le vote de vendredi, ont déclaré les législateurs.

A LIRE AUSSI:   L'opposition ivoirienne réclame une réforme de la CEI

Le Parlement devrait également bientôt discuter du sort du gouvernement intérimaire d’unité nationale (GNU) et du Premier ministre Abdulhamid al-Dbeibah, dont la candidature à la présidence a été l’un des principaux points de désaccord dans le processus électoral.

Certains soutiennent que Dbeibah n’aurait pas dû être autorisé à se présenter à la présidence après avoir promis lors de son entrée en fonction qu’il ne le ferait pas, et qu’il est injuste qu’il participe aux élections tout en étant Premier ministre.

Les puissances occidentales ont déclaré la semaine dernière qu’elles considéraient le GNU valable jusqu’à la passation du pouvoir à un nouveau gouvernement après une élection rapide, mais elles n’ont pas commenté spécifiquement le rôle de Dbeibah en tant que Premier ministre.

Dbeibah et le GNU ont été installés en mars grâce à une feuille de route soutenue par l’ONU, et ils ont été approuvés par le parlement lors d’une session spéciale qui a réuni des factions rivales à l’intérieur de la chambre pour la première fois depuis des années.

Le Parlement a été élu en 2014 lors d’un scrutin qui a déclenché la scission de la Libye entre les factions en guerre de l’Est et de l’Ouest, et le principal groupe de législateurs s’est rangé du côté de l’Est pendant la guerre civile.

Source: Reuters Afrique/ Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Guinée: le gouvernement publie sa feuille de route sans fixer de durée pour la transition

Read Next

La police ougandaise arrête 29 personnes soupçonnées d’avoir cherché à renverser le gouvernement