Le Nigeria travaille sur un vaccin contre le COVID-19, selon le président

Le Nigeria travaille au développement d’un vaccin contre le COVID-19, a déclaré jeudi le président Muhammadu Buhari dans une interview télévisée, alors que le pays lutte contre le nombre croissant de cas de virus.

Les experts de la santé affirment que le Nigéria doit tripler sa campagne de vaccination d’un peu plus de 100 000 doses par jour pour atteindre son objectif de vacciner plus de la moitié de sa population d’ici la fin de l’année prochaine.

Le pays d’Afrique de l’Ouest a exploré des options pour acquérir ou acheter des vaccins via l’installation COVAX pour lui permettre d’inoculer au moins 70% de sa population.

Il a reçu des dons de vaccins dont certains avaient une durée de conservation qui ne laissait que quelques semaines pour administrer les injections. Le Nigeria a détruit plus d’un million de vaccins périmés le mois dernier. 

« Nous travaillons très dur avec le ministère de la Santé pour développer des vaccins », a déclaré Buhari à la télévision d’État. « Nous ne devrions pas faire de bruit à ce sujet jusqu’à ce que nous réussissions. »

Le Nigéria, qui n’a pas fait de nombreux tests de dépistage du COVID-19, a enregistré 245 404 cas de COVID-19 et 3 058 décès depuis le début de la pandémie.

En 2017, le cabinet nigérian a approuvé un plan de production de vaccins de base avec la société pharmaceutique May & Baker Nigeria (MAYBAKE.LG) via une coentreprise. On ne sait pas si le projet a décollé.

Buhari a déclaré que son administration encourageait les Nigérians à se faire vacciner. Moins de 4 % des adultes de la nation la plus peuplée d’Afrique avec plus de 200 millions d’habitants ont été complètement vaccinés.

A LIRE AUSSI:   La Côte d’Ivoire et le Kenya, « étoiles montantes » du commerce mondial selon Standard Chartered

Source: Reuters Afrique / Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Renforcement de la coopération en vue entre l’Égypte et le Tchad

Read Next

Égypte : l’activiste Ramy Shaath, emprisonné depuis juillet 2019, est arrivé à Paris