L’Afrique de l’Ouest fait face à une crise alimentaire historique provoquée par les conflits et la flambée des prix

 L’Afrique de l’Ouest est confrontée à sa pire crise alimentaire jamais enregistrée, provoquée par le conflit, la sécheresse et l’impact de la guerre en Ukraine sur les prix et la disponibilité des denrées alimentaires, ont annoncé mardi les agences d’aide.

Il y a environ 27 millions de personnes souffrant de la faim dans la région et ce nombre pourrait atteindre 38 millions d’ici juin, soit une augmentation de 40% par rapport à l’année dernière et un record historique, ont déclaré 11 organisations humanitaires internationales dans un communiqué conjoint.

De vastes pans de l’Afrique de l’Ouest, y compris des parties du Burkina Faso, du Mali, du Niger et du Nigeria, sont confrontés à des insurrections islamistes qui ont forcé des millions de personnes à quitter leurs terres. Avec le Tchad, ce sont les pays les plus touchés par la faim.

La région a également connu une aggravation des inondations et des sécheresses en raison des effets du changement climatique, ce qui rend l’agriculture plus difficile. La production céréalière en 2021/22 a baissé de 39 % en glissement annuel au Niger et de 15 % au Mali, selon le Réseau de prévention des crises alimentaires en Afrique de l’Ouest.

En plus de cela, les prix alimentaires mondiaux ont augmenté et le commerce a été perturbé en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Les fermetures de frontières dues au COVID-19 ont également eu un impact négatif, a déclaré le Réseau de prévention des crises alimentaires.

« Ce qui est nouveau et qui s’aggrave, ce sont principalement toutes les personnes déplacées et les terres abandonnées à cause du conflit, mais nous assistons également à de nouveaux moteurs », a déclaré Assalama Dawalack Sidi, directeur régional d’Oxfam pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

A LIRE AUSSI:   Mali : le M5-RFP choisit la désobéissance civile

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), six pays d’Afrique de l’Ouest importent 30 à 50 % de leur blé de Russie et d’Ukraine.

La guerre en Ukraine risque également de rediriger les financements indispensables de la région, a averti Sidi.

« De nombreux donateurs ont déjà indiqué qu’ils pourraient réduire le financement destiné à l’Afrique pour payer les réfugiés en Europe », a-t-elle déclaré.

Source: Reuters Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

COVAX et l’Union africaine refusent d’acheter plus de doses de vaccins COVID de Moderna

Read Next

L’agence de renseignement somalienne met en garde contre la menace d’Al Shabaab contre les principaux dirigeants