« La gouvernance politique ne peut être réglée par des militaires » (Général Béhanzin, Cédéao)

En marge de la conférence régionale sur le changement climatique, la paix et la sécurité en Afrique de l’ouest et au Sahel, qui s’est tenue à Dakar au Sénégal, le Commissaire de la Cédéao chargé des affaires politiques, de la paix et de la sécurité, le général Francis Béhanzin, a réagi à la libération de l’ancien président burkinabè, Marc Roch Christian Kaboré, par le gouvernement de transition au BurkinaFaso. Il s’est également prononcé sur les événements de Moura au Mali où l’armée est accusée d’avoir tué des civils.

Ma première réaction, c’est que les militairesqui ont pris le pouvoir au Burkina ont le credo habituel dans les forces de sécurité et de défense : surgir, agir et disparaître.

La gouvernance politique ne peut pas être réglée par les militaires. C’est les acteurs politiques dans un pays qui animent la vie de ce pays. Mais c’est quand les acteurs politiques n’arrivent pas à s’entendre que les militaires font irruption. Il vaut mieux que les acteurs politiques s’entendent.

C’est vrai, ils ont libéré le président Kaboré. C’est vraiment un effet positif du comportement des autorités militaires du Burkina Faso parce que les chefs d’Etat de la CEDEAO ont prescrit la libération sans conditions du président Kaboré.

Il reste les autres conditions à savoir la durée de la transition et le chronogramme pour la transition. Nous sommes toujours en pourparlers avec ces pays: le Burkina, le Mali, la Guinée pour qu’au bout du compte, très rapidement, les militaires puissent s’effacer et laisser un ordre constitutionnel normal reprendre ses fonctions dans ces pays-là.

A LIRE AUSSI:   RDC: qu'est-ce qui explique la baisse des violations de droits de l'homme?

DW : Parlant justement du Mali, est- ce que les événements de Moura ne vont pas compliquer la situation sécuritaire dans ce pays?


Non, les événements de Moura, c’est la question du respect des droits humains. Il semblerait qu’il y aurait eu des opérations dans cette zone, opérations a priori qui concernaient les terroristes dans cette zone-là. Mais des organisations de la société civile et des ONG auraient établi qu’il y aurait eu des populations civiles qui ont été massacrées.

Je crois que le gouvernement de transition a pris une bonne décision de mettre le Parquet sur la question qui a ouvert une enquête et nous attendons les résultats de cette enquête. Si des militaires républicains ont commis des exactions du genre à travers cette tuerie, ça se révèlera. On comprendra que vraiment ce n’est pas que les terroristes et qu’il y avait la population civile.

Source: Deutsche Welle Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

RDC: la Cour de cassation annule la condamnation à 13 ans de prison de Vital Kamerhe

Read Next

Afrique du Sud : l’Onu s’inquiète des violences xénophobes