Kenya: inquiétudes des ambassades occidentales sur un risque d’attaque terroriste

Le Kenya a annoncé vendredi 28 janvier avoir renforcé son dispositif de sécurité à Nairobi et dans d’autres villes du pays. Plusieurs ambassades ont en effet émis des alertes sur une possible attaque terroriste et invité leurs ressortissants à éviter les lieux fréquentés par les Occidentaux.

L’ambassade de France a émis la première alerte jeudi 27 janvier dans la soirée sur un « risque réel d’attentat » dans la capitale Nairobi « dans les prochains jours ». Elle invite toutes les personnes se trouvant au Kenya à faire « preuve d’une extrême vigilance » et à « éviter les lieux fréquentés par les étrangers », tels que les hôtels, restaurant et centres commerciaux. Quelques heures plus tard, l’Allemagne diffusait un avertissement similaire. Les Pays-Bas qualifiaient la menace de « crédible », suivis ce vendredi par l’ambassade des États-Unis.

Renforcement des patrouilles kényanes

Entre temps, la police kényane a déclaré avoir renforcé la surveillance dans tout le pays dans le nord-est et sur la côte. Dans la capitale, des policiers lourdement armés patrouillaient vendredi, et étaient visibles en nombres devant les bâtiments gouvernementaux, et les centres commerciaux.

Depuis que le Kenya est engagé militairement en Somalie dans la lutte les islamistes shebabs, le pays a été la cible de plusieurs attentats meurtriers, dont celui de Westgate en 2013 ou plus récemment conte le contexte hôtelier Dusit toujours à Nairobi. En janvier 2020, les shebabs, avaient averti le Kenya que le pays « ne serait jamais en sécurité ». Dans ce contexte le chef de l’État kényan a également tenu hier une réunion avec les principaux responsables du secteur de la sécurité.

A LIRE AUSSI:   L'électricité du barrage Inga III va-t-elle profiter aux Congolais?

Source: RFI Afrique/Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

L’administration Biden s’apprête à refuser 130 millions de dollars d’aide militaire à l’Égypte, selon des responsables américains

Read Next

Maladies tropicales négligées : les succès méconnus de la recherche congolaise