Glencore ouvre des discussions avec le Tchad sur la restructuration de sa dette

Glencore (GLEN.L) et un consortium de banques ont entamé des pourparlers avec le Tchad sur la restructuration de la dette commerciale du pays de plus d’un milliard de dollars, selon une lettre de la société au Fonds monétaire international vue Samedi.

Le Tchad avait officiellement demandé en janvier une restructuration de sa dette, le premier pays à le faire dans un cadre commun convenu l’année dernière par la Chine et d’autres membres du Groupe des 20 avec l’aide du Club de Paris des principaux pays créanciers.

Les créanciers publics du Tchad et le FMI ont convenu d’une restructuration mais insistent sur le fait que le Tchad doit parvenir à des conditions comparables avec les autres créanciers bilatéraux et privés.

Glencore a déclaré dans la lettre qu’avec le groupe de prêteurs qui comprend 16 institutions, il s’engageait avec le Tchad et leurs conseillers respectifs de  » manière constructive et de bonne foi  » suite à une demande de pourparlers du pays.

« Le groupe de prêteurs a tenu des réunions initiales avec Rothschild & Cie, les conseillers financiers du Tchad, puis avec le comité officiel des créanciers du Tchad la semaine dernière pour échanger des vues sur la demande du Tchad », indique la lettre du 15 octobre.

La lettre indiquait également que le cabinet de conseil en boutique Newstate Partners avait été nommé conseiller financier de Glencore, un mineur et commerçant basé en Suisse, et du consortium.

« Nous nous félicitons du geste de bonne foi de notre partenaire Glencore d’ouvrir des discussions pour la restructuration de notre dette et de trouver un compromis qui serait acceptable pour les deux parties », a déclaré à Reuters le ministre tchadien du Budget et des Finances, Tahir Hamid Nguilin, ajoutant que la reprise économique du Tchad dépendait des pourparlers.

A LIRE AUSSI:   Tchad: le Comité d'organisation du dialogue inclusif prend ses marques, Wakit Tama refuse d'en être

La restructuration de la dette totale du Tchad d’environ 3 milliards de dollars, que le FMI a qualifiée d’insoutenable, est une condition préalable pour que le pays d’Afrique centrale bénéficie d’un soutien financier supplémentaire.

Le Tchad a été plongé dans la tourmente politique en avril à la suite de la mort sur le champ de bataille de l’ancien président Idriss Deby, tandis que la pandémie de coronavirus, les attaques des rebelles dans le nord et les retards de soutien financier ont aggravé ses perspectives économiques.

Le Tchad a déclaré que Glencore représente plus de 98% de sa dette commerciale, la plupart des accords de pétrole contre espèces conclus en 2013 et 2014, lorsque le pays ne pouvait pas accéder au marché international de la dette ou aux partenaires bilatéraux.

La dette a déjà été restructurée à deux reprises, en 2015 et 2018.

Glencore a déclaré dans la lettre que les concessions que le groupe de prêteurs a accordées au Tchad lors des précédentes restructurations devront être prises en compte concernant la demande de restructuration actuelle.

En 2018, les nouvelles conditions comprenaient une extension de l’échéance à 2030 à partir de 2022, un délai de grâce de deux ans sur les remboursements du principal et un taux d’intérêt inférieur du Libor plus 2 %, contre 7,5 %.

Une source ayant une connaissance directe du dossier a déclaré que la dernière restructuration a rendu la dette remboursable avec des prix du pétrole d’environ 45 $ le baril. Les contrats à terme sur le Brent se négociaient à environ 85 $ le baril la semaine dernière.

A LIRE AUSSI:   Tunisie : la présidentialisation est-elle vraiment en route  ?

Source: Reuters Afrique/ Mis en ligne:Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Le drame des écoles attaquées en Afrique

Read Next

Centrafrique: les paramilitaires russes applaudis à l’Assemblée nationale