Gbagbo – Affi N’Guessan : la guerre pour le contrôle du FPI

L’ancien président, Laurent Gbagbo rencontre ce lundi après-midi les instances du Front populaire ivoirien (FPI).  Samedi, c’est Pascal Affi N’Guessan, président légal de cette même formation politique, qui convoquera à son tour les représentants des différentes structures du parti.

Le divorce semble donc définitivement consommé entre Laurent Gbagbo et son ancien premier ministre. Pour Gildas Karimou du COJEP,  le Congrès panafricain des jeunes et des patriotes, le vrai FPI est avec Laurent Gbagbo.

« Le FPI qui se reconnait autour de Pascal Affi N’Guessan, ce sont les amis de Pascal Affi N’Guessan et ses proches. Tous ceux qui se reconnaissent dans le FPI dit « GOR » , qui sont restés fidèles au président Laurent Gbagbo, seront présents à la convocation de Laurent Gbagbo. C’est le terrain qui détermine le leadership d’un parti politique », estime Gildas Karimou.

Pascal Affi N'Guessan président légal du FPI face à la légitimité de Laurent Gbagbo
Pascal Affi N’Guessan président légal du FPI face à la légitimité de Laurent Gbagbo

« Crise passagère »

Pour Jean Yves Essis du PDCI, dont Henri Konan Bédié est le président, la crise qui secoue le Front populaire ivoirien est passagère. Il estime que les partisans de cette formation vont surmonter les points de divergence.

« Après son arrivée, le président Gbagbo s’est essentiellement concentré sur la réconciliation à l’extérieur de son parti et il a mis au second plan la réconciliation à l’intérieur de son parti. Je pense qu’après cette cacophonie passagère, les choses vont rentrer dans l’ordre.  Parce que les militants du FPI sont obligés de se réconcilier pour préparer les échéances électorales de 2025 », dit ce cadre du PDCI.

Pour sa part, Danielle Boni Claverie de l’Union républicaine pour la démocratie (URD) explique que les partis de l’opposition ont tenté sans succès de rapprocher les deux tendances du FPI. La tentative s’est vite avérée inutile et infructueuse.

A LIRE AUSSI:   En Afrique du Sud, la crise sanitaire fait chuter l’activité industrielle

Rupture presque consommée

« Avec le retour du président Laurent Gbagbo, nous avons pensé que l’unité prévaudrait. Je ne peux faire qu’un constat amer. La rupture est en train de prendre un caractère définitif. Convoquer au même moment les membres statutaires des deux branches est loin d’être anodin. Mais nous voulons encore croire que des portes entrouvertes et que la réconciliation entre eux n’est pas enterrée’’explique Danielle Boni Claverie.

Simone Gbagbo et Laurent Gbagbo, le 4 février 2011 à Abidjan

Simone Gbagbo et Laurent Gbagbo, le 4 février 2011 à Abidjan

De son côté, le journaliste et analyste André Silver Konan pense que les Gbagbo Ou Rien (GOR) protègent bien leur mentor. C’est pourquoi dit-il, ils ne le jettent pas directement dans l’arène. 

« C’est pour justement éviter de mettre Laurent Gbagbo lui-même au front du combat qui est manifestement engagé contre Pascal Affi N’Guessan. Ce derneir est aujourd’hui dans une posture de rupture totale et radicale. Il va effectivement au front en tant que président légal du Front Populaire Ivoirien. La bataille est engagée », soutient le journaliste.

La lutte pour le contrôle du FPI entre Laurent Gbagbo et Pascal Affi N’Guessan risque de faire voler en éclats les acquis du FPI.

Enfin, Simone Gbagbo, l’épouse de Laurent Gbagbo, est en embuscade, alors qu’elle n’a pas encore clarifié sa position depuis le retour de son mari.

Source: Deutsche Welle Afrique/ Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Les procureurs de l’Afrique du Sud et les avocats de Zuma demandent un report de l’audience sur la corruption

Read Next

CAF : pourquoi Issa Hayatou a été sanctionné par la Fifa