Eskom d’Afrique du Sud fait face à des actes de sabotage « délibérés », selon le PDG

 La compagnie d’électricité sud-africaine Eskom est confrontée à des actes délibérés de sabotage par des criminels inconnus, a déclaré vendredi son directeur général, alors qu’il montrait des images d’un pylône électrique de grande capacité renversé alors que ses huit supports métalliques restent ont été coupés.

Luttant sous une montagne de dettes, l’entreprise publique Eskom met régulièrement en œuvre des coupures de courant qui énervent les investisseurs et coûtent à l’économie la plus industrialisée d’Afrique des milliards de dollars en pertes de production.

Les allégations de sabotage de la flotte vieillissante de centrales électriques au charbon d’Eskom fournissant la majeure partie de l’électricité de l’Afrique du Sud, et qui sont sujettes à des pannes mécaniques, circulent depuis des années, mais les commentaires du PDG Andre de Ruyter vendredi étaient les plus fermes à ce jour de la part d’un cadre supérieur. exécutif.

« Les preuves semblent être, du moins à première vue, incontestables qu’il y a de la malveillance et que nous devons prendre des mesures », a-t-il déclaré lors d’un point de presse.

Découvert mercredi soir, le pylône renversé qui ne montrait aucun signe de fatigue ou de corrosion du métal, se trouve le long des principales lignes de distribution alimentant les bandes transporteuses de charbon de la centrale de Lethabo de 3 708 mégawatts (MW) dans la province de l’État libre.

« Ce qui éveille en outre le soupçon qu’il s’agissait d’un acte délibéré de sabotage, c’est que rien n’a été volé sur le site … il ne s’agissait donc pas d’un crime économique », a-t-il déclaré.

A LIRE AUSSI:   Le FMI se dit prêt à accompagner la Tunisie dans ses réformes économiques

Une action rapide d’Eskom a empêché la centrale électrique de Lethabo de manquer de charbon, une perspective qui aurait pu aggraver les coupures de courant jusqu’à la phase 6, lorsqu’environ 6 000 MW sont supprimés du réseau national, contre la capacité nominale installée d’Eskom de 46 000 MW.

De Ruyter n’a pas spéculé sur les motifs de ces attaques, qui surviennent au milieu des critiques croissantes concernant l’incapacité de la direction d’Eskom à arrêter les coupures de courant.

Il a déclaré qu’Eskom utilisait des drones équipés d’infrarouges pour aider à patrouiller les infrastructures stratégiques, mais qu’il était pratiquement impossible de protéger quelque 390 000 km (242 335 miles) de lignes de transmission et de distribution.

Source: Reuters Afrique/ Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

L’Algérie proche de la fin des subventions sur les produits de base

Read Next

Les États-Unis lèvent les sanctions de 2015 contre quatre Burundais