En Éthiopie, les autorités annoncent la mise en place d’un «espace» de dialogue

Alors que la guerre est entrée dans une nouvelle phase avec le repli des rebelles tigréens dans les frontières de leur province, le gouvernement a officiellement lancé une initiative politique ces derniers jours. Il s’agit d’une « Commission de dialogue national », abondamment vantée par les autorités comme « un espace » où pourront s’exprimer les mécontentements. Mais sans faire une place pour autant à leurs ennemis tigréens.

Qui composera la future Commission de dialogue national ? Quand commencera-t-elle ses travaux ? Ces questions n’ont pas encore reçu de réponses précises du gouvernement fédéral éthiopien, qui souffle le chaud et le froid sur cette initiative.

Lundi 20 décembre, le ministre d’État Redwan Hussein évoquait un processus « inclusif » permettant de résoudre les problèmes « d’une manière civilisée », avec, pourquoi pas, un référendum constitutionnel à la clé. « Avec l’élargissement de la sphère politique, a-t-il dit, tous les éléments de la Constitution étant ouverts à la discussion […], il n’y a aucune raison morale de prendre les armes. »

« Pas une préparation à la négociation avec le TPLF »

Mais mercredi, un responsable du ministère de la Communication a rappelé « que le processus […] ne doit pas être confondu avec une préparation à la négociation avec le groupe terroriste du TPLF. » Et d’insister pour dire que la guerre irait jusqu’à l’élimination de « la menace pour la nation » qu’il représente.

Avant sa mise en place, un certain nombre de dispositions légales doivent être prises. D’après le bureau du Premier ministre, on sait déjà que cette Commission devrait être indépendante des autorités, quoiqu’en lien avec le Parlement. Dans son jargon, il a détaillé sa mission : « Identifier les points à l’ordre du jour pour un consensus national, identifier les parties prenantes, convoquer des plateformes de dialogue et élaborer des processus de mise en œuvre. »

A LIRE AUSSI:   Au Botswana, des centaines d’éléphants meurent dans des conditions mystérieuses

Source: RFI Afrique/ Mis en ligne: Lhi-Tshiess Makaya-Exaucée

Tribune d'Afrique

Read Previous

Madagascar : au moins 85 morts dans le naufrage d’un bateau de marchandises

Read Next

Zemmour envoie depuis Abidjan un message de soutien aux forces armées